marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Louis-Dreyfus Armateurs, face à une "situation criminelle", quitte Calcutta


PARIS, 5 nov 2012 (AFP) -

Louis-Dreyfus Armateurs (LDA) et son partenaire indien ABG, alliés dans la société commune ABG-LDA, arrêtent leurs activités dans le port de Calcutta où ils sont confrontés à une "situation criminelle" faisant qu'il est "impossible de travailler", selon leurs dirigeants.

"Nous sommes clairement confrontés à une situation criminelle", a déclaré Gurpreet Malhi, directeur général d'ABG-LDA, au quotidien économique Les Echos de lundi.

La société est confrontée "à la connivence des autorités portuaires, des partis politiques locaux et d'intérêts particuliers" depuis qu'elle a commencé à exploiter il y a deux ans deux quais à Haldia, le port de commerce de Calcutta (est), après les avoir complètement modernisés.

Le journal explique que cela se traduit par l'attribution à ABG-LDA de "quantités de marchandises très insuffisantes. D'où des pertes chroniques", qui ont contraint la société à licencier en septembre 275 de ses 650 employés.

Une vague de violence, des enlèvements de cadres de la société et de membres de leurs familles, ont conduit ABG-LDA à conclure qu'il est désormais "impossible de travailler dans un environnement où les autorités responsables d'assurer le maintien de la loi et de l'ordre (...) y ont ouvertement renoncé", a souligné M. Malhi.

"Notre concurrent sur le port est Ripley, une société appartenant à un parlementaire membre du parti de Mamata Banerjee, Premier ministre du Bengale occidental", a expliqué au journal Edouard Louis-Dreyfus, directeur général de LDA.

Ce départ du port de Calcutta "ne remet pas en cause notre stratégie en Inde", a-t-il précisé. "Dans les trois autres ports où nous sommes actifs, les opérations se déroulent normalement avec le soutien des autorités locales".

"L'Inde demeure un axe de développement", a-t-il poursuivi.

La société commune a investi 20 millions d'euros pour équiper les quais d'Haldia, et déjà perdu 8,6 millions dans leur exploitation, ont indiqué Les Echos.