marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

"Progrès" des discussions sur la crise politique à Madagascar


DAR ES SALAM, 15 déc 2012 (AFP) -

Le président tanzanien Jakaya Kikwete et le dirigeant malgache Andry Rajoelina ont conclu vendredi des discussions sur la crise politique que traverse l'ile de l'océan Indien depuis trois ans sans parvenir à une percée mais en notant que des "progrès significatifs avaient été réalisés".

"Les pourparlers se sont tenus dans une atmosphère cordiale et amicale et des progrès significatifs ont été réalisés", dit un bref communiqué commun.

"Les deux dirigeants se sont mis d'accord pour avoir de nouvelles consultations avec les parties concernées avant de se réunir de nouveau avant la fin du mois pour conclure sur le dossier", poursuit le texte.

Le président de la Transition malgache s'était rendu à Dar es Salaam pour évoquer avec M. Kikwete le processus de sortie de crise piloté par la Communauté d'Afrique australe (SADC).

Mercredi, le président tanzanien qui fait office de médiateur avait annoncé la décision du rival de M. Rajoelina, l'ex président Marc Ravalomanana, de ne pas se présenter à l'élection présidentielle prévue l'an prochain.

Cette annonce, estimaient les analystes, était aussi une tentative pour obliger M. Rajoelina à ne pas se porter candidat et l'espoir avait été exprimé qu'une décision en ce sens sorte des discussions de Dar es Salaam.

Madagascar traverse une grave crise politique depuis le renversement du président Ravalomanana par Andry Rajoelina en 2009, qui était alors maire de la capitale Antananarivo. Devenu président non-élu d'une Transition, M. Rajoelina a toujours promis qu'il empêcherait à tout prix M. Ravalomanana de revenir au pouvoir.

La médiation de la SADC préconise qu'aucun des deux rivaux ne se présente à la présidentielle prévue pour mai 2013.

La crise politique a quasiment bloqué les investissements et mis à genoux l'économie nationale, alors que Madagascar était déjà l'un des pays les plus pauvres d'Afrique.