mo sphyrna logo
Actualités en direct (AFP)

Un chalutier britannique soupçonné de pêche illégale paye sa caution


CAEN, 10 jan 2013 (AFP) -

Un chalutier britannique soupçonné d'avoir pêché illégalement 21 tonnes de coquilles Saint-Jacques dans les eaux françaises a quitté le port de Caen-Ouistreham jeudi en fin de matinée après avoir réglé sa caution de 50.000 euros, a-t-on appris auprès de la Direction départementale de la mer.

Le chalutier Van Dijk, intercepté lundi au large du Calvados avec à son bord plusieurs tonnes de coquilles de provenance douteuse, a quitté le port vers 11H20, a précisé la capitainerie.

La caution de 50.000 euros a été versée peu auparavant, selon la direction départementale de la mer. Le patron-pêcheur doit comparaître le 15 mai devant le tribunal correctionnel de Caen.

Il est accusé d'avoir pêché illégalement 21 tonnes de coquilles Saint-Jacques avec son bateau, selon les autorités maritimes. Celles-ci avaient dans une premier temps évoqué 17 tonnes mais cette quantité correspondait à la pêche enregistrée et n'incluait pas la pêche du jour du contrôle, lundi.

Le chalutier de 33 mètres avec six personnes à bord se trouvait alors à 12 milles nautiques (environ 22 km) au nord de Port-en-Bessin (Calvados).

Il est reproché à son patron-pêcheur d'avoir pêché illégalement dans les eaux territoriales françaises et d'avoir éteint l'appareil qui permettait de le localiser, selon le parquet.

Il encourt un an de prison et 75.000 euros d'amende pour la première infraction et 22.500 euros d'amende pour la seconde. Mais les deux ne peuvent être cumulées.

Il s'agit du troisième navire de pêche britannique dérouté vers le Calvados pour un soupçon de fraude à la coquille Saint-Jacques depuis septembre.

Le tribunal correctionnel de Caen doit rendre sa décision le 16 janvier concernant le Mattanja, qui avait été contrôlé dans la nuit du 5 au 6 septembre avec 14 tonnes de coquilles à bord.

L'ouverture de la pêche à la coquille pour les pêcheurs normands début octobre avait été marquée par de vives tensions avec les pêcheurs britanniques, insultes et pierres fusant même en mer.

Au-delà du respect des zones de pêche cette tension est liée à l'absence d'harmonisation des règles de pêches entre la France et la Grande-Bretagne.