marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

La piraterie a reculé en 2012 pour atteindre son niveau plus bas en cinq ans


PARIS, 16 jan 2013 (AFP) -

La piraterie maritime a reculé en 2012 pour atteindre son plus bas niveau en cinq ans, grâce à un "énorme" recul des attaques au large de la Somalie et malgré une hausse dans le Golfe de Guinée, indique mercredi le Bureau Maritime International (BMI) dans son rapport annuel.

Le nombre d'attaques répertoriées par le BMI s'est élevé l'année dernière à 297 contre 439 en 2011. Celui des otages pris en mer a également chuté, en passant de 802 à 565.

Le repli est surtout manifeste au large de la Somalie et dans le Golfe d'Aden, la région considérée la plus dangereuse du monde, qui avait concentré en 2011 plus de la moitié des attaques (54%). En 2012, elle n'en représentait plus que 25% avec 75 "incidents".

Le BMI attribue cette forte baisse aux forces navales internationales déployées dans la région et à leurs attaques "préventives" contre les vaisseaux pirates, mais il prévient que "la menace et les capacités de pirates somaliens fortement armés restent très fortes".

"La prolongation de la présence de ces navires est vitale pour assurer que la piraterie somalienne demeure basse. Les progrès enregistrés pourraient être inversés si ces bateaux sont retirés", souligne le capitaine Pottengal Mukundan, directeur du BMI.

"Les équipages doivent cependant demeurer vigilants, notamment dans les eaux hautement dangereuses de l'est et de l'ouest de l'Afrique", a-t-il ajouté.

Car si la piraterie a baissé au large de la Somalie, elle a augmenté sur la côté ouest de l'Afrique, principalement dans le Golfe de Guinée, où 58 "incidents" se sont produits en 2012, qui se sont soldés par la prise en otage de 207 membres d'équipage.

"Dans cette zone, les pirates sont particulièrement violents et ont utilisé des armes dans 37 attaques", a prévenu le BMI, qui a précisé que près de la moitié des attaques se sont produites au large du Nigeria en 2012 (27), soit une forte progression par rapport à l'année précédente (10).

Le Togo a aussi enregistré une hausse des actes de piraterie, en passant de 5 attaques en 2011 à 15 en 2012. En revanche, elles ont fortement baissé au large du Bénin, de 20 à 2.

En Asie du sud-est, les attaques ont poursuivi leur progression amorcée en 2009 dans l'archipel indonésien amorcée en 2009, qui a enregistré 81 "incidents", soit plus d'un quart des attaques mondiales.