marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Tanit: 3 pirates somaliens présumés renvoyés aux assises


RENNES, 18 jan 2013 (AFP) -

La chambre d'instruction de Rennes a décidé vendredi de renvoyer devant les assises 3 Somaliens interpellés par les militaires français venus libérer les otages du voilier "Tanit" au large de la Somalie en 2009, assaut qui a couté la vie à un skipper français.

Les trois hommes avaient déjà été renvoyés devant la cour d'assises le 20 septembre, mais deux d'entre eux, puis le parquet à l'égard des trois, avaient fait appel. Ces appels, examinés par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes en chambre du conseil (huis clos), ont finalement été rejetés vendredi.

Les trois hommes, âgés de 23 à 27 ans au moment des faits, avaient été poursuivis pour "arrestation et séquestrations aggravées" et "détournement de navire aggravé". L'un d'eux a été remis en liberté sous contrôle judiciaire en 2012.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes les a renvoyés devant la cour d'assises notamment pour l'enlèvement et la séquestration, en bande organisée, des cinq personnes, dont un mineur, qui se trouvaient à bord du voilier, et la prise de contrôle "par violence ou menace de violence" du bateau.

La prise d'otages, en avril 2009, s'était soldée par la mort du skipper français Florent Lemaçon, tué par erreur par le commando français venu délivrer les otages. Deux pirates somaliens étaient également morts lors de l'assaut.

Le parquet de Rennes, après expertise balistique, avait confirmé en mai 2010 que la balle qui avait causé la mort de Florent Lemaçon était d'origine militaire, après que sa veuve, Chloé Lemaçon, eut demandé que soit dissipé le doute qui subsistait depuis les faits.

Florent, Chloé et leur fils Colin avaient quitté Vannes fin juillet 2008 à bord du voilier de 12,50 m pour rejoindre Zanzibar, dans l'Océan indien. Au moment de leur capture par les pirates somaliens, deux autres équipiers se trouvaient à bord.

Par ailleurs, en juin 2012, la cour d'assises de Paris avait condamné quatre pirates somaliens à des peines de 4 à 10 ans de prison et en avait acquitté deux dans l'affaire de la prise d'otage du voilier français "Le Ponant" en avril 2008.

Et le 22 janvier doit commencer devant la cour d'assises d'appel de Melun (Seine-et-Marne) un autre procès de 6 pirates somaliens pour la prise d'otage d'un autre voilier français, "Le Carré d'As", en septembre 2008. En première instance, en novembre 2011, ils avaient été condamnés à des peines de 4 à 8 ans de prison pour cinq d'entre eux, le dernier accusé ayant été acquitté.