marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Transport maritime: CMA CGM cède 49% de Terminal Link au chinois CMHI


PARIS, 25 jan 2013 (AFP) -

Le français CMA CGM, numéro trois mondial du transport maritime par conteneurs, a annoncé vendredi avoir cédé à l'opérateur portuaire chinois, China Merchants Holdings International (CMHI), 49% de sa filiale Terminal Link, un des opérateurs du port de Marseille.

Le montant de la transaction s'élève à 400 millions d'euros, précisent les deux groupes dans un communiqué.

"Après restructuration préalable, l'opération devrait être finalisée au cours du premier semestre 2013, sous réserve de l'approbation des autorités de régulation compétentes", ajoutent-ils.

Terminal Link, filiale à 100% du groupe fondé par Jacques Saadé, est un des opérateurs portuaires marseillais de CMA CGM. Il gére un réseau de 15 terminaux couvrant les principales routes maritimes internationales et propose des services de manutention (comme le chargement et déchargement) ainsi que le stockage de conteneurs.

L'entrée dans le capital de Terminal Link représente pour CMHI -- implanté dans huit grandes villes chinoises et plus récemment au Sri-Lanka et en Afrique -- "une étape significative pour l'internationalisation de son activité portuaire", souligne encore le communiqué.

Les deux groupes se félicitent par ailleurs d'une "opération d'envergure" qui "représente la première pierre d'un partenariat stratégique pour les deux parties".

Ils disent ainsi vouloir poursuivre leur partenariat en exploitant et développant "des terminaux à conteneurs dans le monde entier" mais aussi en intensifiant leurs relations commerciales.

CMA CGM avait indiqué fin novembre espérer conclure rapidement la cession de 49% son opérateur de gestion portuaire.

Cette opération entre dans le cadre de la restructuration de la dette de 4,6 milliards de dollars du groupe, dossier sur lequel il avait alors annoncé des avancées.

Dans le cadre des discussions engagées, CMA CGM s'était notamment engagé à renforcer ses fonds propres et à poursuivre un programment de cession d'actifs.

Un accord sur sa dette devrait donner une bouffée d'air frais au groupe qui compte aussi sur l'entrée du Fonds Stratégique d'Investissement (FSI) à son capital, annoncée en octobre, pour accompagner sa stratégie de développement dans des régions du globe à fort potentiel.

L'arrivée du FSI au capital du groupe doit renforcer ses fonds propres et l'accompagner vers une future introduction en Bourse d'ici à 2020.