marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Grèce: poursuite de la grève des marins, mobilisations des agriculteurs


ATHENES, 3 fév 2013 (AFP) -

Les liaisons maritimes avec les îles en Grèce seront de nouveau perturbées lundi et mardi pour la cinquième journée consécutive en raison de la poursuite de la grève des marins tandis que les agriculteurs continuaient à manifester dimanche en tracteur sur certaines autoroutes.

"Après la grande participation des marins au mouvement de grève depuis jeudi, qui protestent contre un projet de loi qui détruit le secteur, (...) nous avons décidé à l'issue d'un vote secret la poursuite de la grève à travers le pays pour lundi et mardi", a indiqué dimanche le syndicat des marins, Pno, dans un communiqué.

La plupart des bateaux sont ancrés dans les ports grecs depuis jeudi, les marins dénonçant "l'intransigeance du gouvernement" sur un projet de loi qui vise à réduire l'équipage des ferries.

Une rencontre vendredi de la direction du syndicat avec le ministre de la Marine marchande, Costis Moussouroulis, a été "infructueuse", a indiqué le Pno.

Outre le retrait du projet de loi, le Pno réclame "la signature des conventions collectives pour toute catégorie de bateau et le paiement des arriérés", selon le communiqué.

Cité par l'Agence de presse grecque (Ana, semi-officielle), le ministre a rétorqué qu'il essayait de trouver une solution mais que les marges de manoeuvre étaient limitées en raison de la situation économique difficile.

"Le projet de loi du gouvernement va détruire le secteur, où actuellement plus de 7.000 marins grecs sur un total de 15.000 sont au chômage", a expliqué Yannis Halas, secrétaire général du Pno, lors d'une conférence de presse la semaine dernière.

Outre les marins, des mouvements de grèves contre la poursuite de la rigueur pour la quatrième année consécutive ont été observés ces dernières semaines par les employés des transports en commun, les médecins hospitaliers et les agriculteurs.

Ces derniers, qui protestent contre la baisse de revenus et la hausse des taux de leurs emprunts, ont commencé à manifester la semaine dernière en posant leurs tracteurs près de principales autoroutes du pays sans entraver la circulation.

Toutefois, dimanche certains agriculteurs ont réussi à bloquer les péages près de Lamia, à 200 km dans le Nord d'Athènes, pour distribuer des tracts comprenant leurs revendications malgré l'important dispositif policier sur place.

"C'est une mobilisation à caractère symbolique en attendant la réponse du gouvernement", a indiqué le syndicaliste Dimitris Dimoyannis, cité par l'Ana.

Les deux principales centrales grecques, l'Adedy du secteur public et la GSEE du privé, ont appelé à une grève générale le 20 février, juste avant l'arrivée à Athènes des représentants de la troïka des créanciers, UE-BCE-FMI, pour le contrôle régulier des comptes grecs en vue de la poursuite des versements des prêts.

Le gouvernement de coalition (droite, socialistes et gauche modérée) dirigé par le conservateur Premier ministre Antonis Samaras insiste sur la poursuite du plan d'austérité, dicté par les créanciers, considéré comme "la seule voie" pour sortir de la crise.