mo sphyrna logo
Actualités en direct (AFP)

CMA CGM a achevé sa restructuration financière, vise la Bourse dès 2014


PARIS, 12 fév 2013 (AFP) -

L'armateur français CMA CGM, numéro trois mondial du transport de conteneurs, a achevé sa restructuration financière et vise une entrée en Bourse dès l'année prochaine, a annoncé le directeur général délégué du groupe familial Rodolphe Saadé.

"Nous sommes désormais armés pour introduire le groupe en Bourse dès 2014 si le marché s'y prête", a expliqué M. Saadé au quotidien Les Echos de mardi.

CMA CGM s'était retrouvé dans une situation financière difficile, avec une dette de 4,6 milliards de dollars héritée d'une politique ambitieuse d'expansion de sa flotte. Le groupe marseillais négociait depuis trois ans avec ses 70 banques créancières pour la ramener à un niveau plus soutenable.

"L'accord trouvé avec les banques sur la dette du groupe ainsi que l'injection de fonds propres supplémentaires dotent le groupe d'une structure financière bien plus solide et plus flexible", s'est félicité l'armateur dans un communiqué.

Il prend en compte le refinancement partiel d'une ligne de crédit venant à échéance en 2013 "en de nouveaux prêts à plus de 3 ans pour un montant total de 280 millions d'euros", a-t-il précisé.

Ces dernières semaines, le groupe marseillais a cédé pour 400 millions d'euros 49% de sa filiale portuaire Terminal Link à China Merchants Holdings International.

Il a aussi vendu sa filiale Compagnie du Ponant, spécialisée dans les croisières, et la moitié de sa participation dans le port de Malte, rappelle le quotidien économique.

CMA CGM vient également de signer les accords définitifs qui permettent au Fonds stratégique d'investissement de prendre 6% de son capital (pour 150 millions de dollars) et à son partenaire turc Yildrim, qui possède une participation de 20%, d'acheter 4% supplémentaires "sous la forme d'Obligations Remboursables en Actions (ORA)", a-t-il précisé.

L'accord prévoit également qu'une ligne de crédit de 280 millions d'euros qui arrivait à échéance en février soit échelonnée jusqu'en 2015.

L'armateur a aussi renégocié les clauses de performance signées avec ses banquiers qui, si elles ne sont pas respectées, entraînent un remboursement anticipé de la dette. Au lieu de faire référence à l'excédent brut d'exploitation (Ebitda), souvent très volatil dans le domaine du transport maritime, ces clauses reposeront désormais sur le niveau des fonds propres, qui s'élèvent désormais à environ 4 milliards de dollars.