marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Erdogan/sionisme: La Turquie se "réserve le droit" de critiquer Israël (Davutoglu)


ANKARA, 01 mars 2013 (AFP) -

Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a réagi vendredi à la levée de bouclier internationale contre les récents propos du Premier ministre turc assimilant le sionisme à un crime contre l'humanité, en estimant que la Turquie avait le droit de critiquer Israël.

Interrogé lors d'une conférence de presse avec son homologue américain John Kerry sur les "remarques hostiles" de la Turquie à l'égard d'Israël, M. Davutoglu a répondu: "nous n'avons jamais eu aucune déclaration hostile contre aucun pays ou nation".

"Mais si on veut parler d'attitude hostile, on peut qualifier d'attitude hostile le massacre sanguinaire en haute mer de neuf de nos concitoyens civils qui n'avaient commis aucune infraction", a poursuivi le ministre faisant référence à la mort de neuf turcs lors d'un assaut de l'armée israélienne contre un navire d'aide humanitaire en 2010.

"Si certains pays ont agi avec hostilité contre la vie de nos citoyens, autorisez nous à nous réserver le droit de faire une déclaration", a-t-il insisté.

Le chef de gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan a soulevé un tollé mercredi en déclarant lors d'une réunion onusienne: "comme c'est le cas pour le sionisme, l'antisémitisme et le fascisme, il devient maintenant inévitable de considérer l'islamophobie comme un crime contre l'Humanité".

M. Davutoglu a souligné que les Turcs à travers l'histoire se sont "toujours opposés à l'antisémitisme".

"Nous sommes en tête des pays qui s'opposent à toutes les formes de racisme, et nous maintiendrons cette position. Si Israël espère des déclarations positives de la Turquie, il doit revoir sa position", a-t-il martelé.