mo sphyrna logo
Actualités en direct (AFP)

Bourbon va se délester d'une partie de sa flotte pour "préparer l'avenir"


PARIS, 6 mars 2013 (AFP) -

Bourbon a annoncé mercredi qu'il allait céder des navires pour 2,5 milliards de dollars, et en conserver la maîtrise via une location de longue durée, une manoeuvre applaudie en Bourse qui va lui permettre de se désendetter pour mieux préparer l'avenir.

Les investisseurs ont applaudi et le titre du groupe a clôturé en très forte hausse de 13,47% à 23,62 euros, dans un marché parisien qui a fermé en légère baisse de 0,35%.

Le groupe de services maritimes parapétroliers a réservé une surprise de taille à l'occasion de ses résultats annuels, par ailleurs au beau fixe, en dévoilant un nouveau plan d'action baptisé "Transforming for Beyond".

La mesure-phare est un changement de cap financier : Bourbon va se séparer en deux ans de plusieurs dizaines de navires, pour 2,5 milliards de dollars (environ 1,9 milliard d'euros), et les reprendre en location pour une période de 10 ans. Le groupe n'aura pas d'obligation de rachat mais disposera d'un droit de "premier refus", autrement dit de préemption en cas de revente.

L'ancien groupe sucrier aux racines réunionnaises, qui s'est reconverti avec succès dans les services pétroliers depuis une décennie, consacrera "l'essentiel" de ses gains à son désendettement. Il vise une baisse "significative" de sa dette, qui autrement se maintiendrait autour de 2 milliards d'euros fin 2015.

"Nous avons d'abord été un sucrier à l'île de la Réunion qui a restructuré et modernisé cette industrie. Puis nous avons constitué un conglomérat et après l'avoir introduit en Bourse, nous l'avons focalisé sur un seul métier, la marine marchande pour les services pétroliers", à partir de 2002, faisant de Bourbon "l'acteur principal" dans ce secteur, a rappelé le président du groupe Jacques de Chateauvieux, lors d'une conférence de presse.

Dans le prolongement de cette mutation, cette nouvelle étape "va nous permettre de préparer en toute sérénité une nouvelle phase de croissance au delà de 2015", a-t-il résumé.

Dans le détail, le groupe vendra environ "80 à 85 navires" neufs ou récemment livrés, puisés parmi les différentes séries composant la flotte du groupe, laquelle devrait dépasser 550 navires fin 2015, a-t-il expliqué. Les cessions à des "investisseurs financiers" se feront par tranches en 2013 et 2014.

"Nous avons déjà des discussions bien avancés pour une première tranche", a-t-il dit, sans plus de précisions.

Cela oblige le groupe à ajuster certains objectifs de son plan d'action antérieur "Bourbon 2015". Le ratio excédent brut d'exploitation (Ebitda) sur chiffre d'affaires est désormais attendu à 30% et non 45% en fin de période (puisqu'il faudra désormais en déduire les loyers). L'objectif d'une croissance de 17% par an en moyenne d'ici 2015 reste inchangé.

Parallèlement, Bourbon va parachever l'expansion de sa flotte, en investissant 500 millions d'euros dans 41 nouveaux navires "dans les prochains mois", soit le montant qu'il lui restait à engager sur les 2 milliards d'euros prévus sur la période 2011-2015.

Les résultats 2012, relégués au second plan, ont confirmé l'excellente forme de Bourbon, avec un bénéfice net (part du groupe) multiplié par six, à 41,9 millions d'euros, un chiffre d'affaires en progression de 17,7% à 1,19 milliard et un Ebitda en hausse de 35%.

Et les perspectives restent au beau fixe, portées par les prix élevés du pétrole, qui encouragent les investissements des compagnies pétrolières et du même coup la demande de services maritimes.

"Nos perspectives sont robustes. La demande de navires va continuer à croître et le nombre de navires sortant des chantiers diminue", confortant "la progression et l'amélioration de nos résultats", a souligné Christian Lefèvre, directeur général du groupe, qui table sur une croissance des investissements pétroliers de plus de 10% sur les 4 prochaines années, et une poursuite du développement de Bourbon tant en Afrique qu'en Asie et en Amérique latine.

BOURBON