Bourbon démarre l’année sur un repli d’activité sous-marine

“Le 1er trimestre 2018 est le reflet d’un marché des services à l’offshore encore difficile”, explique le groupe qui a publié un chiffre d’affaires de 157,6 millions d’euros, dans un communiqué.

L’affaiblissement du dollar par rapport à l’euro mais aussi la surcapacité de navires ont pesé sur le chiffre d’affaires du trimestre, souligne le groupe.

Il prévient que la faiblesse de l’activité des navires servant les travaux de construction “pourrait encore perdurer au cours de l’année” et prévoit que “la croissance des investissements dans le secteur offshore ne devrait intervenir que très progressivement à partir de 2019”.

“L’activité Subsea souffre de la faiblesse de l’activité des entrepreneurs et d’un nombre réduit de projets clés en main”, a indiqué déclare Gaël Bodénès, le directeur général de Bourbon, cité dans le communiqué.

Le groupe, dont la perte nette s’est fortement creusée à 576,3 millions d’euros en 2017, affirme concentrer ses efforts sur “la gestion de la trésorerie et la réduction des coûts”.

En discussions avec ses partenaires financiers, il compte parvenir “avant la fin de l’année” à trouver une solution avec l’ensemble de ses créanciers.

L’entreprise est spécialisée dans les services maritimes pour les compagnies pétrolières: du transport de salariés vers les plateformes à l’ancrage d’installations en mer, en passant par des opérations de réparation sous-marines.

Comme les autres entreprises de services pétroliers, Bourbon a pâti de l’effondrement des cours du brut il y a trois ans et demi, qui a forcé les compagnies pétrolières à tailler dans leurs dépenses.

pan/ef/spi

BOURBON