Bourbon est revenu dans le vert au 1S, aidé par les tarifs et les changes

Sur le semestre écoulé, Bourbon a dégagé un bénéfice net part du groupe de 17 millions d’euros, contre une perte nette de 21,4 millions sur la période équivalente de 2011, détaille le groupe dans un communiqué publié mercredi.

Le redressement des finances du groupe a été possible grâce à une progression du chiffre d’affaires de 17,7% à 568 millions d’euros. Celui-ci a notamment été dopé par la poursuite de l’accroissement de la flotte du groupe, qui est engagé dans un vaste programme d’expansion de son portefeuille de navires (+22 à 446).

De plus, Bourbon a récolté les fruits d’un redressement de ses principales activités par rapport à un an plus tôt, grâce aux prix élevés du pétrole brut, qui soutiennent les investissements des compagnies pétrolières dans les forages en mer et par conséquent le recours aux services du groupe.

Ainsi, le taux d’utilisation et les tarifs des navires ont globalement progressé par rapport au premier semestre 2011: le taux d’utilisation global de la flotte, hors navires de transport de personnel, a grimpé d’un point et demi à 89,7%, et le tarif journalier moyen a augmenté d’environ 900 dollars, à 18.352 dollars.

Ces facteurs, associés à l’appréciation du dollar par rapport à l’euro, ont gonflé le bénéfice opérationnel du groupe (Ebit) qui est en hausse de 48,2% à 63,8 millions.

Concernant ses perspectives, Bourbon se montre toujours optimiste, soulignant que “malgré une incertitude concernant les économies mondiales, le niveau du prix du baril (113 dollars en moyenne sur le semestre) conforte les investissements des clients pétroliers et la demande de navires de service offshore est prévue en croissance dans les deux prochaines années”.

GROUPE BOURBON

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE