Canada: l’ex-numéro deux de l’armée devant la justice pour divulgation d’informations

Le vice-amiral Mark Norman, 54 ans, n’a pas déposé de plaidoyer, son avocate souhaitant plutôt la tenue rapide d’un procès.

“J’ai très hâte de pouvoir me défendre, de régler rapidement cette affaire et de servir à nouveau la population du Canada”, a dit le haut gradé au terme d’une audience préliminaire.

Le procès du vice-amiral devrait s’ouvrir en 2019 juste avant les prochaines élections législatives fédérales.

Suspendu depuis janvier 2017, M. Norman a servi 36 ans dans l’armée canadienne et risque cinq ans de prison.

Il a été inculpé en mars pour “abus de confiance”, la police fédérale le soupçonnant “d’avoir illégalement révélé des informations du gouvernement à des tiers non habilités”.

Il aurait transmis des informations gouvernementales confidentielles à un chantier maritime québécois qui avait été mandaté par le précédent gouvernement conservateur pour fournir à la marine un navire de ravitaillement.

Dans des courriels, M. Norman notait les risques pour le contrat car des entreprises concurrentes s’étonnaient de l’absence d’appel d’offres pour son octroi.

Il décrivait notamment les réserves de l’actuel gouvernement libéral de Justin Trudeau, juste avant son entrée en fonction en novembre 2015. Le gouvernement a finalement maintenu le contrat et le navire MV Asterix a depuis été livré à l’armée canadienne.