Chine: une ville près de la Corée du Nord dépiste ses habitants

Pékin, 18 mai 2022 (AFP) – Une grande ville portuaire chinoise, située non loin de la Corée du Nord qui affronte une grave vague de Covid-19, a lancé une campagne générale de tests PCR pour ses 7,5 millions d’habitants.

La Chine est confrontée depuis plusieurs mois à un regain épidémique. Shanghai est confinée depuis début avril et la capitale Pékin tourne au ralenti avec la fermeture de nombreux commerces et bureaux.

Sa voisine la Corée du Nord affronte une flambée épidémique de bien plus grande ampleur, avec plus de 1,7 million de cas depuis la semaine dernière, ce qui inquiète les autorités chinoises.

Après avoir enregistré plusieurs cas, les autorités de Dalian (Nord-Est), situé à environ 250 kilomètres de la frontière nord-coréenne, ont décidé de dépister leurs habitants.

Les hommes seront testés le mardi, les femmes le jeudi et tout le monde le samedi.

Le raisonnement de la mairie: la plupart des foyers sont constitués d’au moins un homme et d’au moins une femme, qui risquent de toute façon de se contaminer mutuellement si l’un d’eux tombe malade.

Selon les autorités, cette méthode de dépistage “augmente le ratio temps/efficacité”: il permet tous les deux ou trois jours de savoir si un foyer est touché, à un coût moindre car seule une partie des habitants sont testés.

Sur le réseau social Weibo, la majorité des internautes ont salué une mesure “intelligente”, notamment pour “réduire les dépenses” publiques.

“Et ceux qui ne se définissent ni comme homme ni comme femme?”, s’interrogeait toutefois un autre utilisateur.

Ailleurs dans le pays, la grande ville portuaire de Tianjin (Nord), près de Pékin, a fermé certaines stations de métro face à l’augmentation du nombre de cas, a indiqué la télévision CCTV.

A Shanghai, si les autorités ont annoncé mardi être venues à bout des contaminations (hors établissements de quarantaine) dans la ville de 25 millions d’habitants, de nombreuses personnes restent cependant confinées. Certaines ont déclaré à l’AFP que de nouveaux cas avaient été rapportés dans leurs résidences, contredisant donc la version officielle.

Les autorités shanghaïennes ont par ailleurs critiqué le recours “excessif” aux opérations de pulvérisation de désinfectant contre le coronavirus ces dernières semaines, notamment celles dirigées contre les personnes.

La capitale Pékin, où une grande partie des habitants est toujours en télétravail, vit toujours au ralenti avec restaurants, bars, gymnases et la majorité des commerces fermés.

Les autorités y ont rapporté mercredi 69 nouveaux cas.

mjw-ehl/sbr/lch

WEIBO