Des centaines de personnes aux obsèques d’un des commandos tués en Somalie

De nombreux soldats d’active et à la retraite, beaucoup de camarades en uniforme du huitième Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa) de Castres (Tarn), où il avait fait ses classes avant d’y servir deux ans, ont rendu un dernier hommage empreint d’émotion au capitaine Patrice Rebout.

Des centaines de personnes ont rempli l’église moderne dans la ville nouvelle du Moulin-à-Vent, au sud de Perpignan, pour entendre les éloges funèbres au cours desquels il n’a jamais été question de l’opération somalienne.

Son cercueil est ensuite sorti au milieu d’une haie d’honneur avant que les porte-drapeaux n’inclinent leur enseigne sur sa dépouille.

Le capitaine Rebout est tombé au cours du raid mené par une cinquantaine de commandos français dans le sud de la Somalie dans la nuit du 11 au 12 janvier pour tenter, en vain, de libérer l’otage Denis Allex, aux mains des islamistes somaliens.

Denis Allex (très vraisemblablement un pseudonyme), un agent de la DGSE enlevé en juillet 2009 dans la capitale somalienne Mogadiscio, a été tué par ses geoliers au cours de l’opération selon le ministère de la Défense. Deux soldats ont été tués.

Le capitaine Rebout appartenait au Centre parachutiste d’instruction spécialisée (CPIS), l’une des composantes du service action (SA, ex-11ème Choc) de la DGSE qu’il avait rejoint en 2008.

La tentative de libération de Denis Allex a coïncidé avec l’intervention militaire française en Somalie. Mais Paris assure que les deux opérations n’avaient aucun lien.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE