Des navires militaires américains se retirent des eaux du Yémen (responsables)

Les Etats-Unis avaient rapproché du Yémen leur porte-avions Theodore Roosevelt et leur navire lance-missiles Normandy dans l’éventualité d’une confrontation avec un convoi de bateaux iraniens, que Washington soupçonnait de transporter des armes à destination des rebelles chiites houthis.

Les deux bâtiments américain devraient rentrer dans le Golfe “très prochainement”, a confié un responsable du département de la Défense à l’AFP.

Sept autres navires de combat américains resteront par ailleurs dans le golfe d’Aden et à proximité du Yémen.

Le convoi iranien, composé de bateaux de transport et de deux autres armés, a fait demi-tour plus tôt et se dirige vers le Nord, probablement pour rentrer vers l’Iran, ont indiqué des responsables.

“Je pense qu’il est juste de dire que cela ressemble à une désescalade de la tension que l’on a vue plus tôt cette semaine”, a confirmé le porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

Les responsables américains ont dit ne pas prendre part à la coalition menée par l’Arabie saoudite contre les rebelles houthis au Yémen.

Les navires n’étaient là que pour assurer le maintien de l’ouverture des routes maritimes, ont-ils ajouté.

L’Iran continue de nier farouchement tout soutien aux rebelles houthis et a présenté récemment un plan de paix aux Nations unies, appelant à un cessez-le-feu et à la formation d’un gouvernement d’unité nationale.

Une fois qu’il sera rentré dans le Golfe, le porte-avions Theodore Roosevelt reprendra sa mission dans les frappes aériennes de la coalition menée par les Etats-Unis contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE