Des parlementaires français en visite à Taïwan

Taipei, 7 sept 2022 (AFP) – Des parlementaires français sont arrivés mercredi à Taïwan, devenant la plus importante délégation européenne à se rendre à Taipei depuis les importantes manoeuvres militaires chinoises, en août, autour de l’île.

Taïwan vit sous la menace constante d’une invasion de Pékin, qui considère l’île comme une partie de son territoire à reconquérir un jour, si nécessaire par la force.

Pékin s’insurge contre toute action diplomatique susceptible de conférer une légitimité à Taïwan et s’irrite de plus en plus de toute visite de responsables et élus politiques occidentaux.

La délégation de cinq parlementaires français est dirigée par le sénateur Cyril Pellavat, a déclaré le ministère des affaires étrangères de Taïwan, précisant qu’il s’agit de la quatrième visite d’élus politiques français en un an.

Début août, Pékin s’est lancé dans une démonstration de force en représailles à la visite de la présidente de la Chambre américaine des représentants Nancy Pelosi le mois dernier à Taïwan.

La Chine a envoyé pendant une semaine des navires de guerre, des missiles et des avions de chasse dans les eaux et le ciel de Taïwan. Ces exercices ont été les plus importants et les plus agressifs depuis le milieu des années 1990.

Mme Pelosi, très critique envers Pékin, était la plus haute élue américaine à se rendre à Taïwan en 25 ans. De multiples délégations américains se sont rendues sur l’île après sa venue.

Si le gouvernement de Joe Biden s’est discrètement opposé à la visite de Mme Pelosi, les Etats-Unis maintiennent une séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif et ont a plusieurs reprises assuré qu’elle avait le droit d’effectuer ce voyage.

Depuis quelques années, de nombreux pays européens ont également affiché un plus large soutien à l’égard de Taipei et l’invasion de l’Ukraine par la Russie a renforcé les craintes que la Chine ne fasse de même avec Taïwan.

Des élus de pays européens se rendent régulièrement sur l’île.

Les relations entre Pékin et Taipei se sont détériorées après l’élection en 2016 de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, qui considère son île comme une nation souveraine et non comme une partie de la Chine.

Comme la plupart des nations, les États-Unis et la France reconnaissent officiellement Pékin au détriment de Taipei.

Mais tous deux entretiennent des relations diplomatiques de facto avec l’île.