Grand Paris: lancement d’un nouveau projet de port sur la Seine

“Le conseil d’administration de Ports de Paris a donné le top départ du projet, à la lumière des conclusions du débat public” qui s’est tenu de septembre à décembre 2014, a indiqué à l’AFP le directeur général de Ports de Paris, Alexis Rouque.

“Le débat public nous a conforté quant à l’utilité du projet, un port centré sur le BTP pour le Grand Paris, mais nous a également interpellés sur le cadre de vie, le respect de l’environnement, la création d’emplois” pour le secteur, a-t-il poursuivi.

Après une enquête d’utilité publique mi-2017, préalable à l’autorisation des travaux, le chantier pourrait commencer en 2018 pour une exploitation des premières infrastructures portuaires dès 2020, et une montée en puissance jusqu’en 2040. Des réunions publiques seront organisées régulièrement avec les riverains.

Implanté sur une carrière de granulats, ce port baptisé “Seine Métropole Ouest” est présenté comme celui de la construction du Grand Paris: une plateforme multimodale (fleuve, rail, route) de 100 hectares d’où partiraient notamment des graviers pour les travaux des logements et infrastructures du Grand Paris, comme le métro Grand Paris Express, et où transiteraient des gravats en sens inverse.

L’endroit se veut aussi un port paysager, “végétalisé, intégré dans le paysage, ouvert sur la ville et accessible au public”, décrit Ports de Paris.

Le projet représente “un investissement public d’environ 110 millions d’euros qui seront majoritairement financés sur fonds propres par Ports de Paris”, précise l’établissement public.

Selon Ports de Paris, il générera 140 emplois directs pendant les travaux, 500 à 1000 à terme.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE