La Birmanie “ne participera probablement pas” au sommet régional sur les migrants (présidence)

“Il est peu probable que nous participions. Nous n’acceptons pas s’ils (les Thaïlandais) nous invitent uniquement pour alléger la pression à laquelle ils sont confrontés”, a déclaré à l’AFP Zaw Htay, directeur de cabinet du président Thein Sein, alors que la Thaïlande a invité 15 pays concernés par la crise le 29 mai à Bangkok.

Près de 2.000 migrants, venus de Birmanie et du Bangladesh, sont parvenus jusqu’aux côtes malaisiennes et indonésiennes ces derniers jours, probables victimes collatérales du durcissement de la politique thaïlandaise. Bangkok a décidé de sévir contre les trafiquants d’êtres humains après la découverte récente de fosses communes contenant les dépouilles de clandestins en pleine jungle.

Et quelque 8.000 d’entre eux seraient en perdition en mer après avoir été abandonnés par les passeurs.

Les autorités thaïlandaises, qui sont accusées par les ONG d’avoir fermé les yeux pendant des années voire d’être complices, ont appelé à une réunion régionale à Bangkok le 29 mai, pour répondre aux “causes profondes” du flux de migrants, dont beaucoup sont des Rohingyas, minorité pauvre et persécutée de Birmanie.

“La cause (de la crise) est l’augmentation de la traite d’êtres humains”, a déclaré Zaw Htay.

“La Birmanie n’est pas la cause du problème. Nous n’acceptons pas que tous pointent du doigt la Birmanie pour masquer leur incapacité à de résoudre le problème”, a-t-il ajouté.

Prévu sur une seule journée, le sommet devrait réunir de hauts fonctionnaires de 15 pays touchés, y compris l’Australie, l’Indonésie, la Malaisie, le Cambodge, le Laos, le Vietnam, le Bangladesh ainsi que les Etats-Unis.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE