La Chine envoit 30 chalutiers dans les eaux disputées de mer de Chine du sud

La flotille d’une trentaine de chalutiers de plus de 100 tonnes a quitté lundi le port de Danzhou, sur l’île méridionale de Hainan, pour aller jeter ses filets dans les eaux disputées des îles Spratleys –les Nansha en chinois–, un archipel d’une centaine de petites îles revendiqué pour tout ou partie par le Vietnam et les Philippines principalement.

Pékin “fera tous les efforts nécessaires pour garantir la sécurité de la flottille”, a souligné le directeur du Département des océans et des pêcheries de Hainan cité par le China Daily, Huang Wenhui, laissant ainsi entendre que les chalutiers seraient accompagnés d’escorteurs militaires.

La campagne de pêche doit durer 40 jours. La flotille, aidée d’un navire ravitailleur de 4.500 tonnes, a la même taille que celle lancée en juillet l’an dernier, la plus importante jamais envoyée dans les Spratleys, selon le journal.

Taïwan, la Malaisie et Brunei revendiquent également la souveraineté sur des parties de l’archipel.

Tous ces pays, à commencer par la Chine, utilisent les flotilles de pêche et les patrouilleurs d’escorte pour affirmer leur juridiction sur ces zones contestées.

Lors d’un incident l’an dernier, 21 pêcheurs vietnamiens ont été arrêtés par la marine chinoise, qui avait eu un échange meurtrier avec la marine vietnamienne en 1988.

Les Philippines et le Vietnam accusent Pékin de menées agressives dans la région, y compris via le harcèlement de leurs pêcheurs.

Ces dernières années, les budgets de forces navales des pays riverains de la mer de Chine du sud ont été en constante augmentation.

Les eaux autour des Spratleys sont riches en ressources halieutiques et pourraient abriter d’importantes réserves de gaz et de pétrole.

Selon le China Daily, les experts chinois estiment à 3,5 millions de tonnes ses réserves en poisson, dont moins de 3% seulement seraient exploitées.

En mer de Chine de l’est, la tension est vive entre Pékin et Tokyo à propos de la souveraineté sur les îles Diaoyu (Senkaku en japonais), où les forces navales et aériennes des deux pays se côtoient dangereusement.

OCÉAN D'HISTOIRES

5 MOIS EN ANTARCTIQUE