La météo continue à soutenir le marché européen des céréales

Vers 15H30 (13H30 GMT) la tonne de blé pour l’échénce de novembre, devenue l’échéance de référence du marché, progressait de 0,75 euro à 210,75 euros drainant pour elle seule un volume avoisinant les 5.900 lots sur les 8.500 lots négociés au total.

Au même moment, la tonne de maïs reculait de 0,50 euro la tonne pour l’échéance d’août dans un marché peu étoffé de moins de 1.100 lots.

Outre-Atlantique, le cours des céréales reculait à la Bourse de Chicago, en raison de conditions plus sèches cette semaine, ce qui devrait permettre une accélération des semis de semis réalisés à ce jour à 28%.

“S’ils atteignent les 50% comme espérés en fin de semaine, le retard accumulé par rapport à la moyenne quinquennale remet progressivement en cause les perspectives d’un assolement record” prévient Agritel dans une note.

Sur le pourtour de la mer Noire, la sécheresse reste préoccupante dans le sud-est de l’Ukraine et le sud de la Russie. Pourtant les précipitations attendues pour la prochaine quinzaine devraient faciliter la levée des cultures de printemps.

En France, le potentiel de production reste intact pour les cultures de blé, de maïs et d’orges, malgré les intempéries qui ont provoqué des retards de croissance végétative, a indiqué mercredi FranceAgriMer dans son point presse mensuel.

Le mois d’avril, avec des températures anormalement basses pour la saison et un déficit de pluies dans l’Est, a provoqué des retards végétatifs par rapport à 2012 estimés en moyenne nationale à 22 jours pour le blé. La part des cultures jugée bonne à très bonne recule d’un point à 66.

Pour le maïs, 67% des semis ont pu être effectués soit un écart de 12 jours comparé à 2012. Cependant en dépit des semis tardifs, 80% des cultures sont estimées en bonne ou très bonne condition, contre 88% en 2012 “année exceptionnelle” et 40% seulement en 2011.

Sur le marché physique français, le blé, l’orge fourragère et le maïs encore disponibles sur l’ancienne campagne voyaient leur prix reculer de 2 à 3 euros faute d’intérêts acheteurs.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE