L’armée iranienne se comporte mieux dans le Golfe (Pentagone)

“Ils ne viennent pas aussi près de nos navires, les actions provocatrices dans le Golfe semblent s’infléchir quelque peu”, a confié le chef du Pentagone à des journalistes dans l’avion le ramenant à Washington après une visite à Bahreïn, notamment, qui abrite la Ve Flotte américaine.

“Ils ne mènent plus autant de confrontations belliqueuses et ce genre de chose”, a-t-il poursuivi.

Ces déclarations interviennent alors que les relations entre les Etats-Unis et l’Iran sont au plus bas. Donald Trump menace de quitter l’accord conclu en 2015 avec Téhéran pour l’empêcher de se doter de l’arme atomique, jugeant que ce texte n’est pas assez strict et dénonce sans cesse ce qu’il perçoit comme une influence grandissante de Téhéran au Moyen Orient.

Bill Urban, porte-parole de la Ve flotte basée à Bahreïn, allait déjà dans le même sens plus tôt dans la journée de jeudi, déclarant qu’il n’y avait eu aucun incident “dangereux ou non professionnel” avec les Iraniens en mer depuis le 14 août 2017, date à laquelle un drone iranien, lumières éteintes, a volé près d’avions américains opérant dans le Golfe.

C’est “une longue période (…) et nous pensons que c’est très bien”, a dit l’officier à des journalistes.

En 2017 et en 2016, la marine américaine s’est plainte à maintes reprises du comportement de navires des Gardiens iraniens de la révolution qui se sont souvent approchés dangereusement de navires américains.

Lors d’un incident, les marins américains ont dû lancer des fusées éclairantes et procéder à des tirs de sommation pour les éloigner.

Le commandant Urban a affirmé que depuis lors, les Iraniens ont cessé de s’approcher de navires américains. “Nous avons constaté un changement de comportement général”, a-t-il déclaré.

Le général Mattis a néanmoins accusé Téhéran de comportement “déstabilisateur” à travers la région et estimé qu’au large des côtes du Yémen, la République Islamique procède à des tests d’un certain nombre de capacités offensives.

“C’est là où on trouve les radars (iraniens), leurs missiles balistiques, leurs missiles de croisière anti-navires”, a-t-il déclaré.

La Ve flotte et les forces opérationnelles qui lui sont associées patrouillent continuellement dans le Golfe et inspectent certains des navires.

En 2016, la marine américaine avait saisi des armes, y compris des mitrailleuses et des lance-roquettes, qu’elles ont estimé venir d’Iran et être destinées aux rebelles chiites du Yémen.

Le commandant Urban a déclaré que les forces spéciales avaient saisi cette année des quantités record d’héroïne, dont une partie proviendrait, selon lui, des talibans d’Afghanistan.

Les Gardiens iraniens de la révolution sont une force d’élite qui relève directement du chef suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei.

En janvier 2016, les Iraniens ont brièvement capturé l’équipage de deux petits patrouilleurs américains qui sont entrés par erreur dans les eaux iraniennes. Les 10 marins américains ont été relâchés 24 heures plus tard.