L’armée russe ne mène pas d’assaut contre Azovstal à Marioupol (Kremlin)

Moscou, 4 mai 2022 (AFP) – Le Kremlin a démenti mercredi que les forces russes avaient lancé un assaut contre l’aciérie d’Azovstal, dernier réduit contrôlé par les forces ukrainiennes dans la ville portuaire de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine.

“L’ordre a été donné (le 21 avril) publiquement par le commandant en chef (Vladimir Poutine) d’annuler tout assaut. Il n’y a pas d’assaut” à l’heure actuelle, a affirmé à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Il a ajouté que les forces de Moscou assiégeaient le site et n’intervenaient que pour “enrayer très rapidement les tentatives” de combattants ukrainiens de rejoindre des “positions de tir”.

Mardi, les autorités ukrainiennes ont affirmé que les forces russes menaient un “puissant assaut” sur le territoire d’Azovstal, avec des chars et de l’infanterie.

Le ministère russe de la Défense avait seulement annoncé, lui, des frappes d’avions et d’artillerie pour “détruire des positions de tir” ukrainiennes.

La Russie, qui mène depuis le 24 février une offensive militaire contre l’Ukraine, contrôle une grande partie de Marioupol. Après des semaines de siège, la ville est en grande partie dévastée.

Mais les derniers défenseurs ukrainiens de la ville résistent dans le vaste réseau de galeries souterraines de l’aciérie d’Azovstal qui sont difficiles à prendre d’assaut ou à détruire par des bombardements.

Selon Kiev, des civils se trouvent encore à Azovstal. Les Nations unies ont annoncé mardi l’évacuation d’une centaine d’entre eux.

Vladimir Poutine avait proclamé le 21 avril que la ville de Marioupol avait été conquise, en dépit de la résistance ukrainienne sur le site industriel.

A cette occasion, il a également jugé qu’un assaut d’Azovstal serait trop coûteux en vies de soldats russes, ordonnant à la place d’assiéger la zone, “de sorte que pas une mouche ne passe”.

Les forces ukrainiennes encore sur place ont refusé de se rendre.