Les moules de bouchot reconnues par l’UE, un plus pour les producteurs français

“Le règlement européen enregistrant la spécialité traditionnelle garantie +moules de bouchot+ a été publié au Journal officiel de l’Union Européenne du 7 mai 2013”, a annoncé dans un communiqué l’Institut national de l’origine et de la qualité.

Réclamée par les producteurs français, cette reconnaissance “va permettre de définir une norme de calibrage, de type d’élevage, une norme qui est applicable et contrôlable”, a expliqué à l’AFP Stéphan Alleaume, président de l’organisation des producteurs conchyliculteurs de Bretagne.

La Bretagne nord est l’un des principaux sites français d’élevage des moules de bouchot avec notamment celles de la baie du Mont-Saint-Michel qui ont obtenu en 2011 l’Appellation d’origine protégée (AOP).

Selon l’Inao les caractéristiques des moules de bouchot sont notamment que “leur chair cuite est de couleur crème à jaune orangé, et exempte de tout crabe ou grains de sable. Elle est onctueuse et non farineuse”.

“C’est un élevage spécifiquement français, et la production française est essentiellement en moules de bouchot”, relève Stéphan Alleaume.

Cette STG devrait selon lui éviter que certaines moules, provenant parfois de pays où il n’y a pas d’élevage de moules de bouchot, portent le nom de moules de bouchot lors de leur commercialisation, trompant ainsi le consommateur.

Selon l’Inao en 2011 41.000 tonnes de moules de bouchot ont été produites en France, sur le littoral de l’Atlantique et de la Manche.

La STG est un des trois statuts dont dispose l’UE pour promouvoir les produits alimentaires, avec l’appellation d’origine protégée (AOP) et l’indication géographique protégée (IGP).

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE