Malaysia Airlines remboursera les billets des passagers qui souhaitent annuler

Les passagers peuvent échanger ou annuler, jusqu’à jeudi, leur billet réservé pour un vol d’ici au 31 décembre, a annoncé la compagnie aérienne malaisienne.

“Au regard de l’affaire du MH17, Malaysia Airlines ne retiendra aucun frais pour les passagers souhaitant changer de destination”, a-t-elle indiqué dans un communiqué. “Les passagers qui souhaitent retarder ou annuler leur billet seront remboursés, y compris ceux qui avaient acheté des billets non remboursables”.

Le vol MH17, qui effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur avec 298 personnes à bord, s’est écrasé dans l’est de l’Ukraine jeudi, abattu vraisemblablement par un missile sol-air dans cette zone disputée entre les séparatistes pro-russes et les troupes fidèles à Kiev.

Le 8 mars, un avion de Malaysia Airlines, là encore un Boeing 777, a disparu alors qu’il se rendait de Kuala Lumpur à Pékin, avec 239 personnes à bord.

Aucun débris de l’avion n’a été retrouvé malgré des recherches massives mais les experts, qui s’appuient sur des données satellitaires, estiment qu’il s’est abîmé dans le sud de l’océan Indien.

La compagnie avait indiqué en mai que la disparition du MH370 avait eu un “effet dramatique” sur les résultats du premier trimestre. De multiples annulations avaient aggravé les pertes de cette compagnie nationale publique, déficitaire depuis plusieurs années.

Sur le seul premier trimestre de 2014, les pertes totalisaient 443 millions de ringgits (137 millions USD), 5e trimestre consécutif dans le rouge. Ses pertes totales au cours des trois dernières années s’élèvent à 1,3 milliard de dollars US.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE