Marioupol: “les Russes ne respectent pas leur promesse de trève” à Azovstal (commandant ukrainien)

Kiev (Ukraine), 5 mai 2022 (AFP) – “Les Russes ne respectent pas leur promesse de trêve” sur le site d’Azovstal à Marioupol (sud-est), dernière poche de résistance ukrainienne dans cette ville portuaire dévastée par les bombardements, a affirmé jeudi un commandant du bataillon Azov qui défend l’aciérie.

“Les Russes ne respectent pas leur promesse de trêve et ne permettent pas l’évacuation des civils” toujours réfugiés avec les combattants dans les souterrains de cette immense usine, a affirmé Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du régiment Azov dans un message vidéo sur Telegram.

Le Kremlin avait affirmé plus tôt que des couloirs humanitaires “fonctionnaient” à Azovstal et que l’armée russe y respectait le cessez-le-feu qu’elle avait annoncé la veille pour ce jeudi.

“Il y a trois jours, l’ennemi a fait irruption sur le territoire d’Azovstal, où des combats violents et sanglants se poursuivent”, a ajouté M. Palamar, confirmant des propos mercredi soir du commandant du régiment Azov, Denys Prokopenko.

Un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, Oleksiï Arestovitch, a, lui, assuré jeudi à la télévision ukrainienne que les “forces russes sont entrés hier (mercredi, ndlr)” dans l’usine.

“Nous avons de nombreuses informations, souvent contradictoires” sur la situation actuelle, a-t-il ajouté, refusant de donner un état des lieux précis.

Dans sa vidéo, M. Palamar a salué une nouvelle fois “l’endurance” et “l’héroïsme” des derniers combattants encore retranchés dans l’usine Azovstal.

Face à une situation jugée “critique”, il a demandé l’aide de la communauté internationale et du président Zelensky pour “évacuer les civils” restants — 200 selon le maire de Marioupol, Vadim Boïtchenko — et les militaires “blessés, qui sont à l’agonie en l’absence de traitements médicaux adéquats”.