Navire d’ONG mis sous séquestre: MSF condamne l'”entrave” au sauvetage de migrants en mer

“Depuis l’été 2017, nos équipes constatent que les opérations de secours en mer Méditerranée sont de plus en plus activement criminalisées et empêchées par le gouvernement italien et l’Union européenne”, affirme MSF dans un communiqué.

MSF “condamne ces pratiques” qui organisent le retour et le maintien des migrants en Libye “où ils sont exposés à des niveaux extrêmes de violence, d’abus et d’exploitation”.

En ce qui concerne le navire Open Arms, désormais bloqué au port de Pozzallo, en Sicile, où il avait débarqué samedi 216 migrants secourus au large de la Libye, MSF estime que “cela s’inscrit dans une longue série de mesures visant à entraver et criminaliser le travail des ONG”.

Anne-Marie-Loof, responsable des opérations pour MSF, s’est inquiétée d’une “coopération particulièrement dérangeante (…) entre les gouvernements européens et les garde-côtes libyens”, avec “des formations régulières” ainsi que “des dons et matériels”.

“Les migrants et réfugiés ne peuvent en aucun cas être ramenés et coincés en Libye. Tout devrait être fait pour leur permettre de fuir les violences régulièrement rapportées, d’avoir accès à des alternatives sûres et légales, mais clairement ce n’est pas la priorité des gouvernements européens”, a-t-elle déploré dans le communiqué.

OCÉAN D'HISTOIRES

5 MOIS EN ANTARCTIQUE