Nouvelle saisie par l’US Navy d’armes d’Iran pour les rebelles yéménites

Manama, 3 déc 2022 (AFP) – La Marine américaine a annoncé samedi la saisie d’un million de cartouches ainsi que des lanceurs de roquettes transférés clandestinement selon elle sur un chalutier depuis l’Iran vers le Yémen en guerre.

La cargaison a été découverte jeudi “lors d’un embarquement de vérification du drapeau”, a déclaré la 5e flotte américaine basée à Bahreïn dans un communiqué, soulignant qu’il s’agissait de “la deuxième saisie d’armes illégales majeures en un mois” sur cette route maritime.

Dans un communiqué, le vice-amiral Brad Cooper, a accusé l’Iran de
“transfert illégal d’aide létale” et d’avoir un “comportement déstabilisateur”.

“Les forces navales américaines oeuvrent pour empêcher et perturber les activités maritimes dangereuses et irresponsables dans la région”, a-t-il ajouté.

L’Iran admet soutenir les rebelles Houthis au Yémen mais dément leur fournir des armes.

Le chalutier de pêche intercepté jeudi transportait près de 7.000 lance-roquettes et des “propulseurs utilisés pour lancer des roquettes RPG”, selon le communiqué.

En novembre, la marine américaine a déclaré avoir intercepté un bateau venant d’Iran et transportant pour les rebelles yéménites des “matières pouvant servir à fabriquer du carburant pour les missiles ainsi que des explosifs”.

Depuis 2014, le conflit au Yémen a fait des centaines de milliers de morts et plongé le pays dans l’une des pires crises humanitaires au monde.

Une trêve négociée par l’ONU en avril a permis de donner un répit à la population pendant six mois, mais à son expiration en octobre, les belligérants ne sont pas parvenus à un accord permettant de la prolonger.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE