Patrick Boissier passe la barre de DCNS à Hervé Guillou (Thales)

“Suite au travail de sélection mené par le comité des nominations de DCNS qui a formulé sa recommandation ce matin, Hervé Guillou sera présenté pour lui succéder au conseil d’administration qui se réunira le 23 juillet”, précise Thales dans son communiqué.

Le PDG actuel de DCNS, dont le mandat arrivait initialement à échéance en fin d’année, a annoncé, via un communiqué du groupe un peu plus tôt dans la journée, son intention de quitter ses fonctions 5 mois avant la date son terme.

“Patrick Boissier va demander au conseil d’administration le 23 juillet d’écourter son mandat de président directeur général de DCNS”, a indiqué un peu plus tôt le groupe naval dans un communiqué.

Ce départ à la retraite anticipé de quelques mois permettra à son successeur de préparer le budget 2015 et le plan 2015-2018 et reprendre les négociations en cours avec des prospects importants, explique DCNS, qui est détenu par l’Etat et Thales.

Hervé Guillou, un polytechnicien breton de 59 ans, connu pour sa carrière chez EADS (aujourd’hui Airbus Group) où il a été responsable notamment de la cybersécurité, avait en fait débuté à la Direction des Constructions navales, devenue DCNS, selon le journal de Brest Le Télégramme.

Sous la direction de Patrick Boissier, le groupe a augmenté son chiffre d’affaires de 40% de 2010 à 2013. Il s’est diversifié dans les énergies marines tout en améliorant sa performance. Le PDG, qui aura 65 ans à la fin de l’année, cédera sa place le 24 juillet pour prendre la présidence du Groupement des industries de construction et activités navales (Gican).

pmr/Dt/cb/cj/els/asm/gib

THALES

AIRBUS GROUP

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE