Pékin met en garde contre la présence de navires américains à Taïwan

“Il s’agit d’une ingérence dans les affaires intérieures de la Chine”, a averti devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang. Pékin considère Taïwan comme partie intégrante de son territoire.

“Nous faisons part de notre ferme opposition et avons protesté officiellement”, a ajouté le porte-parole, alors que le président américain Donald Trump a signé mardi un budget de la Défense qui envisage la possibilité de rétablir des visites portuaires mutuelles entre les marines américaine et taïwanaise.

“Nous sommes fermement opposés à toute forme d’échange officiel et de liens militaires entre Taïwan et les Etats-Unis ainsi qu’à des ventes d’armes américaines à Taïwan”, a rappelé M. Lu.

La semaine dernière, la presse chinoise avait évoqué des propos d’un diplomate de l’ambassade de Chine aux Etats-Unis disant avoir averti des interlocuteurs de l’administration américaine que Pékin reprendrait Taïwan par la force le jour où un navire américain entrerait dans un port taïwanais.

Depuis qu’ils ont établi des relations diplomatiques avec Pékin, les Etats-Unis n’entretiennent pas de relations officielles avec Taïwan mais Washington continue à vendre des armes à l’île du Pacifique, au grand dam du gouvernement chinois.

Aux termes d’une loi “anti-sécession”, Pékin se réserve le droit de reprendre l’île par la force en cas de déclaration d’indépendance formelle à Taipei ou bien d’intervention militaire extérieure.

L’île est gouvernée séparément du continent depuis la fuite du gouvernement nationaliste à Taïwan en 1949 lors de la prise du pouvoir des communistes à Pékin.