Un navire militaire britannique ramène plus de 600 migrants en Sicile

“Nous avons secouru environ 450 personnes au cours de la seule journée de mercredi, des migrants qui se trouvaient à bord de quatre embarcations différentes”, a expliqué un officier britannique, le commandant Gavin Edward.

Au total, près de 1.100 migrants ont été secourus en Méditerranée dans la journée de mercredi, tandis que d’autres sauvetages étaient en cours jeudi, selon les gardes-côtes italiens qui coordonnent les opérations depuis Rome.

Le navire britannique en est à sa deuxième semaine d’opérations en Méditerranée. La semaine dernière, il avait déjà secouru et transporté en Italie environ 180 personnes, a ajouté l’officier.

“Maintenant, nous avons un concours important de l’Europe aux opérations. Cela représente un saut qualitatif très important”, s’est félicité jeudi le chef d’état-major de la marine militaire italienne, l’amiral Giuseppe De Giorgi, au cours d’une cérémonie dans un autre port sicilien.

“La disponibilité de navires britanniques et allemands qui opèrent de manière coordonnée avec nous représente un signal très important”, a-t-il ajouté.

Selon un décompte de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au 7 mai, plus de 34.500 migrants sont arrivés en Italie cette année, mais quelque 1.770 sont morts ou disparus en mer, soit déjà plus de la moitié des près de 3.300 morts enregistrés en 2014.

Mercredi, le gouvernement britannique a déclaré la guerre au plan d’action présenté par la Commission européenne, qui prévoit des quotas de répartition des migrants entre les pays européens, un renforcement de la lutte contre les passeurs et des opérations de sauvetage ainsi qu’une accélération des renvois des migrants non autorisés à rester.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE