marine ocean logo

Economie maritime

Vincent Bolloré, Président-directeur général du groupe Bolloré

Vincent Bolloré est depuis plus de trente ans à la tête de l’entreprise familiale née en 1822 sur les bords de l’Odet, en Bretagne. Lorsqu’il en prend les rênes en 1981, elle est en mauvaise santé. Elle figure aujourd’hui parmi les cinq cent plus grands groupes mondiaux avec un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros (8 milliards et demi si l’on intègre Havas dont elle est actionnaire de référence) et 35000 personnes (50000 avec Havas). À l’origine spécialisée dans les papiers fins, le groupe Bolloré est désormais présent dans des activités aussi diverses que le transport et la logistique internationale, la distribution d’énergie, les batteries, les terminaux et systèmes spécialisés, les films plastiques, la plantation de palmiers à huile et d’hévéas, la communication, les médias ou la manutention portuaire. Son président, 57 ans, nous reçoit dans le bureau de son siège «parisien», sur les bords de Seine, à Puteaux.

Atalaya, Un nouveau fonds d’investissement dédié à la filière maritime

Ace Management, spécialisée depuis plus de dix-sept ans dans la gestion de fonds sectoriels technologiques (aéronautique, défense, sécurité…) a officiellement lancé, le 6 juillet 2010, au siège de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), un nouveau Fonds Commun de Placement à Risques (FCPR) baptisé ATALAYA.

Un nouveau label pour Le Havre

Le Grand Port maritime du Havre (GPMH) a officiellement reçu, le 21 janvier 2010, la certification ISO 28000-2007 pour l’organisation interne en matière de sûreté. Première autorité portuaire européenne à être certifiée, elle est aussi la deuxième du monde après Houston. Une garantie supplémentaire pour les personnes, les marchandises et les entreprises qui y sont installées.

Entretien avec Jacques Attali - Grand Paris maritime

Ancien conseiller de François Mitterrand, ancien président de la BERD, actuellement directeur de PlaNet Finances, Jacques Attali a été chargé par les chambres de commerce et d’industrie (CCI) du Havre, de Fécamp-Bolbec et du Pays d’Auge, d’une réflexion sur un projet de Grand Paris maritime. À l’heure où nous bouclons ce numéro, le rapport de la commission qu’il présidait n’a pas encore été rendu public. Ses conclusions sont rassemblées dans un ouvrage, paru à la mi-mai 2010, intitulé Paris et la mer (éditions Fayard). Jacques Attali a accepté de répondre à nos questions.

Dans les coulisses du monde maritime

CMA CGM est le troisième groupe mondial de transport maritime en conteneurs. Il illustre ce que doit aujourd’hui être une compagnie de transport maritime dans un monde globalisé qui exige des capacités de réaction et d’adaptation permanentes. Comment estil organisé? Comment fonctionne-t-il? Plongée dans les coulisses d’un grand armement.

CMA CGM Christophe Colomb - La gestion de la démesure

Passer de la Marine nationale à une compagnie maritime de transport de conteneurs peut s’apparenter à un choc culturel. Si le rapport à la mer reste le même, beaucoup de choses diffèrent fondamentalement, à commencer par les ordres de grandeur.

Bugaled Breizh Le choc des convictions

Le 15 janvier 2004, le chalutier breton Bugaled Breizh fait naufrage au sud du cap Lizard. Il coule en 37 secondes par 83 mètres de fond emportant avec lui les cinq membres de son équipage. À ce jour, aucune explication étayée par des preuves formelles ne peut expliquer ce drame. Seules les intimes convictions s’affrontent. La justice rend un verdict le 27 novembre. Marine a choisi de confronter deux intimes convictions, et pas des moindres. La première est celle de Yann Queffélec, écrivain de renom mais aussi écrivain de Marine, qui défend dans son dernier ouvrage, Adieu Bugaled Breizh (éditions du Rocher) , la thèse d’un accident causé par un sous-marin. La seconde est celle de Laurent Mérer, vice-amiral d’escadre (2S), ancien préfet maritime de l’Atlantique, à ce titre très au fait du dossier, pour qui cette thèse n’est pas recevable et qui privilégie la fortune de mer.