marine ocean logo

Environnement

La compagnie pétrolière Shell va pouvoir démarrer ses forages au large de la Guyane. Le sujet avait suscité beaucoup de vagues ces dernières semaines. On pense notamment au bras de fer avec l'ex-ministre de l'Ecologie, Nicole Bricq, qui avait annoncé vouloir "remettre à plat" tous les permis d'exploration pétrolière. Deux arrêtés préfectoraux autorisent finalement Shell à lancer sa campagne de forages exploratoires au large de la Guyane où de l'or noir a été découvert l'an dernier par 6 000 mètres de profondeur. Ceux-ci n'ont cependant pas encore commencé, la compagnie testant encore ses équipements.

L'élévation du niveau de la mer due au réchauffement climatique pourrait se révéler deux à trois fois plus importante que prévu au cours de ce siècle, indique une étude publiée, le 22 juin dernier, par le Conseil national de la recherche américain. Les experts se sont penchés sur des estimations des Nations unies et les ont mises à jour avec de nouvelles données concernant l'état de la calotte glaciaire, dont la fonte serait responsable de l'accélération de la montée du niveau des océans.

Un groupe international de scientifiques a lancé un appel en faveur de la protection des océans aux dirigeants de la planète avant le sommet de Rio sur le développement durable du 20 au 22 juin. "Notre analyse montre que quasiment tous les engagements pris par les gouvernements pour protéger les océans n'ont pas été remplis", déplore le professeur Jonathan Baillie, un responsable de la Zoological Society of London (ZSL) un des cosignataires de cet appel publié dans la revue américaine Science datée du 15 juin dernier.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé, le 18 juin, l'ouverture cet été, en principauté de Monaco, d'un nouveau centre pour répondre aux problèmes engendrés par l'acidification des océans. "Au cours des cinq dernières années, de nombreux projets de recherche nationaux et internationaux sur l'acidification des océans ont vu le jour et des avancées significatives ont été réalisées a indiqué Daud ben Mohamad, directeur général adjoint de l'agence chargé du département des Sciences nucléaires, il est temps maintenant de mettre en place une coordination internationale pour tirer profit des efforts et des investissements de recherche au niveau national".

Depuis 1977, Américains et Français multiplient des découvertes étonnantes, au niveau des dorsales océaniques, à des profondeurs variant entre 500 et 4 000 mètres : des sources hydrothermales rejetant des sulfures polymétalliques à une température de 350° et alimentant une vie prolifique qu'on ne croyait pas possible à de telles profondeurs. Ces sulfures massifs de fer, zinc, plomb, cuivre et terres rares se sont agglomérés pour former des cheminées impressionnantes et constituer, au fond des océans, d'immenses dépôts minéraux, particulièrement attractifs.

(PHOTO : Ifremer)

Les grands fonds marins, immenses, ne sont que très partiellement connus. Ils demeurent une « frontière » de notre connaissance, qui attire de nouveaux explorateurs médiatiques tels que James Cameron ou Sir Richard Branson. Au-delà de l'exploit personnel, souhaitons que la course aux profondeurs relance durablement la volonté d'une connaissance plus développée et d'une exploitation prudente de ces grands fonds.

En réponse au réchauffement climatique, la température moyenne de la Manche augmente doucement mais significativement : des mesures réalisées au large de Roscoff et de Plymouth au cours de ces vingt dernières années indiquent une élévation qui oscille entre 0,6 et 0,7°C par décennie selon la profondeur. Les conséquences de ce réchauffement de l'eau sur la faune demeurent encore largement méconnues.

La campagne BENTHOCLIM, entamée il y a quelques jours à bord du navire Côtes de la manche et qui s'achévera le 16 mai 2012, a pour objectif de déterminer l'évolution de la distribution d'une soixantaine d'espèces du macro-benthos. Les espèces étudiées pendant la mission, nombreuses en limite d'aires de distribution en Manche occidentale en relation avec les gradients thermiques, appartiennent essentiellement aux groupes des mollusques, des crustacés et des échinodermes.

La plateforme pétrolière Deepwater Horizon a explosé en avril 2010

La plateforme pétrolière Deepwater Horizon a explosé en avril 2010, relâchant du pétrole dans le Golfe du Mexique pendant plus de 100 jours, jusqu'à ce que la fuite puisse être colmatée efficacement. Outre l'obligation de réparer les dommages causés à l'économie et à l'environnement, l'opérateur BP va devoir face à des amendes proportionnelles à la quantité d'hydrocarbures émises. Dès lors, la détermination du nombre de barils de pétrole représente un enjeu considérable, qui pourrait atteindre 45 milliards de dollars, soit le coût d'une dizaine de porte-avions nucléaires de la classe Charles-de-Gaulle. Coordonnées par le Flow Rate Technical Group, une commission composée de scientifiques issus des plus grands laboratoires nationaux américains comme Sandia, Los Alamos ou encore Livermore, ce sont quatre approches différentes qui sont mises en œuvre pour évaluer au plus près la quantité de pétrole relâché dans la nature. Étonnamment, c'est un spin-off de Polytechnique Zurich (Eidgenössische Technische Hochschule Zurich), la société ASCOMP, qui a remporté le marché de la simulation informatique par la dynamique des fluides (computational fluid dynamics), la plus prometteuse des méthodes retenues. Très petite société (10 collaborateurs), mais à l'origine du logiciel le plus performant du marché intitulé TRANS-AT, ASCOMP compte mettre moins de six mois pour réaliser une simulation particulièrement complexe dans la mesure où le flux de pétrole est loin d'être régulier, notamment en raison de la formation régulière de « caillots » d'hydrates solidifiés dans le puits, formant des bouchons qui finissent par se désagréger quand le débit ralentit et la température remonte. A suivre.

Les Journées de la mer, lancées en 2009 par le ministère du développement durable, ont pour objectif de faire découvrir au grand public, la mer, ses richesses, son patrimoine, ses métiers, sa biodiversité... à travers de nombreuses manifestations organisées partout en France. Cette 4ème édition aura pour thème la mer et le littoral, l'occasion pour tous de partir à la découverte des sentiers du littoral et de la beauté de leurs paysages, de se familiariser avec les fragilités de nos côtes et d'adopter les bons gestes pour préserver la faune et la flore qu'elles abritent.

Phare de Cordouan

La Société nationale pour le patrimoine des phares et balises (SNPB) interpelle les candidats à l'élection présidentielle. Alors qu'à l'été 2012, le phare de Cordouan (Charente-Maritime) perdra son gardien, le dernier en exercice, elle les appelle à s'engager pour la sauvegarde et la préservation de ce patrimoine culturel français par la signature d'un Pacte pour les phares (voir sur www.pharesetbalises.org)