marine ocean logo

Géopolitique

Jean-Pierre Chevènement, sénateur et ancien ministre de la Défense, a déclaré à Nouméa que la France devait "renforcer son intérêt" pour le Pacifique, qui est une "région stratégique", à l'occasion d'une mission du Sénat en Océanie. Une délégation de la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat, conduite par son vice-président Didier Boulaud (Nièvre, socialiste) et dont fait partie M. Chevènement, est arrivée le lundi 25 juin en Nouvelle-Calédonie.

Les ambitions résolues de la Russie en Arctique

Depuis 2007, la Russie travaille à étendre son contrôle sur la région arctique. Le 6 juin dernier, Moscou a annoncé qu'il consacrerait à cette zone une part importante des 3,3 milliards d'euros accordés à la défense des frontières avec pour enjeu la protection de ses importantes ressources énergétiques. Le Kremlin a indiqué qu'il avait la ferme intention de défendre ses intérêts géopolitiques en Arctique et notamment sur la dorsale Lomonossov qu'il considère comme le prolongement de son territoire. Ce ne sont pas moins de 1,2 millions de kilomètres carrés qui pourraient ainsi être ajoutés au territoire russe et la promesse d'incroyables richesses : 90 milliards de barils inexploités (13% des réserves mondiales inexploitées) et 47 trillions de mètres cubes de gaz naturel exploitables soit 30% du gaz naturel inexploité dans le monde. Le Kremlin va prochainement soumettre à l'ONU un dossier complet sur le sujet. La dorsale Lemonossov lui est âprement disputée par le Canada et le Danemark.

Le nombre de navires piratés au large de la Somalie serait en nette diminution, en raison de la généralisation des mesures de protection des navires et de l'action des forces navales dans la zone, selon l'amiral français Jean-Baptiste Dupuis qui commande la force européenne Atalante."Globalement, il y a une amélioration de la situation depuis plusieurs années", a-t-il souligné lors d'une visioconférence réalisée depuis son bâtiment de commandement.

Jean-Claude Gaudin, Président du groupe UMP du Sénat et les sénateurs UMP, membres de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, ont exprimé, dans un communiqué de presse daté du 20 juin, leur profonde inquiétude quant aux déclarations de l'ancien Premier ministre Michel Rocard visant à supprimer  la dissuasion nucléaire française pour des raisons d'économies.

"A l'heure où les risques de prolifération nucléaire menacent la sécurité du monde, supprimer la dissuasion nucléaire française serait irresponsable. Il en va de la sécurité internationale et de la sécurité de la France" a déclaré Jean-Claude Gaudin.

Il a estimé que les propositions de M. Rocard étaient inopportunes alors même que la Commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat n'a pas encore rendu ses conclusions sur les forces nucléaires françaises dans le cadre de la révision du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale.

Dans ce communiqué de presse, le président du groupe UMP au Sénat et les sénateurs du groupe UMP réaffirment "leur attachement profond à la dissuasion nucléaire française qui donne à notre pays une crédibilité sur la scène internationale". Ils mettent en garde le gouvernement contre toute tentative de transformer le budget de la défense en variable d'ajustement.

Les intentions de la Chine en mer de Chine sont "un pretexte" explique Eric Denécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

carte1focusgeo

La mer de Chine méridionale, forte de ses richesses halieutiques et énergétiques, est l'objet de vives tensions entre pays riverains, à l'image de l'archipel des Spratly que se disputent âprement la Chine, Taiwan, le Vietnam, la Malaisie et Brunei. Jean Pierre Istrimon de Maritime logistic and trade consulting (MLTC) – filiale du groupe BRS –, Luc Viellard et Matthieu Anquez de la Compagnie européenne d'intelligence stratégique (CEIS) expliquent l'impact qu'aurait sur la France un conflit ouvert dans cette région du monde pourtant très éloignée (1). Une explication en forme de démonstration sur l'interconnexion des économies et la place prise aujourd'hui par les océans dans leur fonctionnement.

Des avions militaires ont mené mardi un raid visant vraisemblablement une base de pirates dans la région auto-proclamée autonome du Puntland, au nord de la Somalie, a-t-on appris auprès de témoins et d'un responsable local. "Deux appareils ont attaqué une localité côtière, entre Hafun et Bargal," a affirmé un chef coutumier local, Muse Jama. "Je pense qu'ils visaient des pirates," a-t-il poursuivi. Un garde-côtes a confirmé l'information, sans donner plus de détails sur les frappes, ni l'origine des avions.

Les Etats-Unis, déterminés à renforcer leur présence en Asie-Pacifique pour contrecarrer les ambitions chinoises, et les Philippines, engagés dans un bras de fer avec Pékin sur la souveraineté de leur espace maritime, ont entamé lundi 16 avril 2012 de grandes man½uvres militaires conjointes.

Plus de 6.000 soldats américains et philippins prendront part jusqu'au 27 avril 2012 à ces exercices organisés dans l'archipel philippin.

La Chine revendique la totalité de la mer de Chine méridionale, une zone géostratégique qui sert de voie de passage entre l'Asie orientale, l'océan Indien et l'Europe, par ailleurs riche en hydrocarbures et en ressources halieutiques.

Le gouverneur de Tokyo a annoncé mardi 17 avril 2012 que la capitale nippone allait racheter des îlots de mer de Chine orientale au centre d'un différend territorial avec la Chine.

Shintaro Ishihara, un politicien populiste à la dent volontiers dure contre Pékin, a expliqué avoir approché le propriétaire des îles Senkaku, appelées Diaoyu en chinois, des terres inhabitées administrées par le Japon mais revendiquées par la Chine, ainsi que par Taïwan.

"Tokyo a décidé de les acheter. Tokyo défendra les îles Senkaku", a souligné le gouverneur lors d'un discours à Washington, au club de réflexion conservateur Heritage Foundation.

2010 : la France et la Grande-Bretagne resserrent officiellement leurs liens en matière de sécurité et de défense

2011 aura été l’année de la « surprise stratégique » – selon l’expression consacrée dans les milieux géopolitique et militaire – avec la révolte tunisienne qui, par un étonnant effet de domino, a remodelé le paysage politique de la côte sud de la Méditerranée. Fort de ces bouleversements, la France a entrepris, en septembre 2011, un travail de réflexion sur le nouvel environnement géopolitique mondial et les menaces qui en découlent. Ce travail réalisé par le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) prépare l’actualisation du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale de 2008 prévue pour le deuxième semestre 2012. Le texte ci-dessous, en forme de glossaire de géopolitique, est une introduction à un rapport publié en décembre 2011 par la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat1. Il présente en quelques mots clés le panorama de l’environnement géostratégique dont la France doit aujourd’hui tenir compte pour penser et organiser sa sécurité.