Chronique navale du juillet

16 juillet 1964 : Entrée en service du croiseur porte-hélicoptères JEANNE D’ARC (R97)

Il fut construit par l’arsenal de Brest de 1959 à 1964. Mis à flot sous le nom provisoire de La Résolue, il reçut le nom de Jeanne d’Arc le au désarmement de son prédécesseur, le croiseur école Jeanne d’Arc. La Jeanne d’Arc est rentrée de son ultime mission le et a été retirée du service le . La dernière cérémonie des couleurs a quant à elle eu lieu le . Le bâtiment est déconstruit à partir d’. Il n’est pas remplacé.

La Jeanne d’arc était destinée :

  • en temps de paix, à servir de bâtiment-école au profit du groupe école d’application des officiers de Marine (GEAOM), tout en possédant un groupe aérien de 2 hélicoptères Puma et 2 hélicoptères Gazelle de l’Aviation légère de l’armée de terre (ALAT), et de 2 hélicoptères Alouette III de l’escadrille 22S de l’Aviation navale ;
  • en temps de guerre, à mener des missions de combat, soit dans le domaine de la lutte anti-sous-marine en embarquant 8 hélicoptères WG 13 Lynx, soit dans le cadre d’une mission d’action extérieure en mettant en œuvre des hélicoptères Puma ou Gazelle de l’Aviation légère de l’armée de terre (ALAT), et en transportant des troupes de débarquement.

Elle ne sera pas remplacée par un autre bâtiment-école. Les officiers élèves de l’école navale effectueront à la place un stage de formation à la mer de 6 mois, appelé « mission Jeanne d’Arc » à bord d’un porte-hélicoptères amphibie (PHA) et sa conserve (actuellement une frégate classe La Fayette).

Crédit photo en-tête : DR.

LE FIL INFO DE M&O