Les futurs patrouilleurs outre-mer de la Marine nationale porteront les noms de compagnons de la Libération ultramarins

Commandés en 2019 pour une livraison échelonnée entre 2023 et 2025, les six futurs Patrouilleurs outre-mer (POM) de la Marine nationale seront baptisés en hommage à six grands héros ultramarins de la France libre, compagnons de la Libération. Les noms ont été choisis en fonction du lieu d’affectation de chaque unité.

La classe des POM portera le nom de Félix Éboué, en hommage à ce résistant guyanais de la première heure, figure du ralliement de l’Afrique équatoriale française à la France libre[1].

Bâtiments innovants, dotés de capacités de surveillance augmentées et d’une autonomie renforcée, les POM renouvelleront les moyens dédiés aux missions de souveraineté et de protection des intérêts nationaux dans les espaces maritimes ultramarins.

Le choix des six personnalités ultramarines qui donneront leur nom aux futurs POM est une décision de la ministre des Armées, Florence Parly.

Étape majeure du renouvellement des capacités militaires stationnées outre-mer, la construction des POM répond à une priorité de la Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. Elle permet de combler des ruptures temporaires de capacité outre-mer par le remplacement, en nombre suffisant, des P400. Ces derniers, conçus dans les années 1980, ont servi outre-mer et sont progressivement désarmés depuis 2009. Le dernier d’entre eux, La Glorieuse, doit être retiré du service actif en 2022.

Livrés d’ici fin 2025, les six POM seront basés en Nouvelle-Calédonie (Nouméa), à La Réunion (Port des Galets) et en Polynésie française (Papeete), à raison de deux unités par port d’attache.

L’étendue de la Zone économique exclusive (ZEE) française dans ces océans nécessite des patrouilleurs robustes et endurants pour assurer des missions longues et éloignées. Les POM sont particulièrement adaptés aux océans Indien et Pacifique (autonomie, tenue de mer…) ainsi qu’aux structures de soutien technique implantées outre-mer.

La Marine a apporté une attention particulière à la conception des POM. Ils sont développés pour accomplir leurs missions tout en fournissant à l’équipage un équipement moderne et un confort bien supérieur aux anciens navires.

Les missions des POM seront :

  • Respect de la souveraineté française et protection des intérêts nationaux dans les ZEE françaises et leurs abords ;
  • Police des pêches et préservation de la ressource halieutique ;
  • Luttes contre les activités illicites incluant le narcotrafic et contre l’immigration illégale ;
  • Intervention contre les pollutions maritimes et participation à la préservation de l’environnement (surveillance des aires marines protégées) ;
  • Police de la navigation ;
  • Participation au sauvetage des personnes en mer ;
  • Assistance aux navires en difficulté (incluant la capacité de remorquage d’urgence).

Ces bâtiments innovants seront équipés d’un drone embarqué augmentant leurs capacités de surveillance. Ils bénéficieront d’une autonomie renforcée, d’un rayon d’action doublé et d’une propulsion hybride moins polluante. Les POM renouvelleront ainsi les moyens d’une Marine en pointe pour assurer ses missions de souveraineté et de protection des intérêts nationaux dans les espaces maritimes ultramarins de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française et de La Réunion.

———

  1. Traditionnellement attribué au premier de série, le nom de la classe sera exceptionnellement celui du dernier de la série, ce qui permettra à la fois d’honorer particulièrement Félix Éboué, de répondre au besoin capacitaire prioritaire et d’attribuer au premier POM affecté à La Réunion le nom d’un natif de l’île (Auguste Techer).

LE FIL INFO DE M&O