marine ocean logo

Technologie

Transfert de technologie, Jusqu’où aller ?

Les transferts de technologie sont souvent aujourd’hui le seul moyen pour une entreprise française, et plus largement occidentale, d’accéder à des marchés fermés ou difficiles d’accès. C’est même parfois la condition sine qua non posée par de nombreux pays comme la Chine, la Corée du Sud, la Russie ou le Brésil, pour la réalisation de contrats dans des secteurs stratégiques comme l’armement, l’aéronautique, l’industrie nucléaire, les transports ou la construction navale. Cette opération n'est pas sans risques, l’acheteur du moment pouvant devenir le concurrent de demain. Explications.

Les bateaux propres de demain

Les acteurs du monde maritime français se mobilisent pour une meilleure pratique des mers et des océans. Des projets de bateaux «propres» sortent des bureaux d’études avec pour objectif de limiter au minimum leur empreinte sur l’environnement. Présentation des enjeux et de quelques projets emblématique de cette nouvelle école dite d’éco-technologie.

L’Ifremer, un outil moderne et opérationnel

L’Ifremer, qui fête cette année ses 25 ans, a été mobilisé pour participer à la localisation et à la récupération des boîtes noires de l’Airbus A330 d’Air France disparu dans l’Atlantique le 1er juin dernier. Son navire océanographique le Pourquoi Pas? était au coeur du dispositif grâce à ses moyens sous-marins particulièrement performants. Il est l’un des nombreux outils que met en oeuvre l’Ifremer pour remplir ses missions. Présentation d’un acteur à la pointe de la technologie et de l’innovation.