La Corée du Nord menace de frapper des navires militaires sud-coréens

L’Armée populaire coréenne (KPA), nom officiel des forces de Pyongyang, a affirmé que 17 patrouilleurs rapides sud-coréens avaient pénétré dans les eaux territoriales nord-coréennes pendant la première semaine de mai “sous le prétexte” d’intercepter des bateaux de pêche chinois.

Dans un communiqué intitulé “Avertissement spécial et urgent”, la KPA a annoncé qu’elle effectuerait désormais “une frappe à vue sans aucun avertissement préalable” sur tout navire sud-coréen qui serait considéré comme étant entré dans les eaux territoriales nord-coréennes.

En cas de réponse armée sud-coréenne, la KPA répliquera par d’autres “frappes de représailles” contre ces navires, selon le communiqué diffusé par KCNA, l’agence de presse officielle de la Corée du Nord.

Les deux Corées ne sont pas d’accord sur la localisation de la frontière maritime entre elles en mer Jaune. Depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), marquée par un simple cessez-le-feu, Pyongyang et Séoul sont toujours techniquement en état de guerre.

En réponse au communiqué de la KPA, le ministère sud-coréen de la Défense a démenti catégoriquement toute incursion de navires sud-coréens et a accusé Pyongyang d’attiser les tensions.

Toute agression nord-coréenne suscitera une réaction forte et “vous vous repentirez amèrement” d’avoir ouvert le feu, a déclaré le porte-parole du ministère, Kim Nin-Seok, dans un message adressé au commandement de la KPA.

La frontière maritime intercoréenne a été le théâtre d’affrontements armés brefs mais violents en 1999, 2002 et 2009. En octobre 2014, des patrouilleurs des deux pays ont échangé des tirs de semonce.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE