La Voix des océans

GÉOPOLITIQUE & DÉFENSE

La France et la Grèce renforcent leur coopération de défense

Ce mardi 28 septembre, en présence de la ministre des Armées, le ministre grec de la Défense a signé, avec les PDG des entreprises françaises Naval Group et MBDA, un «Memorandum of Understanding» qui prévoit l’acquisition par la Marine hellénique de 3 frégates de défense et d’intervention fabriquées en France, plus une quatrième en option, ainsi que leur maintenance et les armements associés.   Après l’acquisition de 18 Rafale par la Grèce, et son intention annoncée d’en commander 6 supplémentaires (soit un total de 24 Rafale), cette décision s’inscrit dans le cadre plus global d’un partenariat stratégique conclu entre nos deux pays, annoncé aujourd’hui par le Président de la République française et le Premier Ministre grec.   Pour la ministre des Armées, Florence Parly : «Il s’agit d’une annonce historique, qui confirme une coopération de défense exceptionnelle entre nos deux pays. La construction par la France de ces équipements de pointe participe à une défense européenne ambitieuse. Nos deux marines seront dotées ensemble de ces frégates de premier...

La Grèce et la France renforcent encore leur coopération de défense : acquisition de 3 Frégates de défense et d’intervention (FDI) par la Grèce

Ce mardi 28 septembre, en présence de la ministre des Armées, le ministre grec de la Défense a signé, avec les PDG des entreprises françaises Naval Group et MBDA, un protocole d’accord qui prévoit l’acquisition par la Marine hellénique de 3 frégates de défense et d’intervention fabriquées en France, plus une quatrième en option, ainsi que leur maintenance et les armements associés. Après l’acquisition de 18 Rafale par la Grèce, et son intention annoncée d’en commander 6 supplémentaires (soit un total de 24 Rafale), cette décision s’inscrit dans le cadre plus global d’un partenariat stratégique conclu entre nos deux pays, annoncé aujourd’hui par le Président de la République française et le Premier Ministre grec. La ministre des Armées, Florence Parly : « Il s’agit d’une annonce historique, qui confirme une coopération de défense exceptionnelle entre nos deux pays. La construction par la France de ces équipements de pointe participe à une défense européenne ambitieuse. Nos deux marines seront dotées ensemble de ces frégates de premier rang,...

Annulation du programme de sous-marins australiens : Le GICAN salue l’implication des autorités et de la Base industrielle et technologique de défense (BITD) françaises.

"La filière de l’industrie navale prend acte de la décision politique unilatérale et regrettable prise par le gouvernement australien. Le GICAN a noté cependant qu’il ne s’agit pas d’une décision industrielle, ni d’une remise en cause du savoir-faire de Naval Group et de ses partenaires qui, une fois de plus, ont su montrer leur capacité à honorer leurs engagements et à nouer des partenariats et réaliser des transferts de technologie. Une BITD française très engagée en Australie Le GICAN salue l’implication des autorités et de la BITD françaises : de nombreuses actions communes avaient été mises en œuvre depuis des années, à la fois pour renforcer la BITD australienne et développer l’emploi local. A la suite de l’accord stratégique de partenariat signé en 2016, des PME et grands groupes français hautement spécialisés ont accéléré leur développement en Australie ou s’y sont implantés et ont investi, afin de tisser des liens forts avec l’écosystème local via la création de joint-ventures, de partenariats stratégiques, de bureaux, de création...

“C’est une décision contraire à la lettre et à l’esprit de la coopération qui prévalait entre la France et l’Australie.”

Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, et Florence Parly, ministre des Armées, ont publié, tôt ce matin, un communiqué de presse suite à la rupture annoncée par l'Australie du contrat portant sur la construction, par Naval Group, de douze sous-marins.  "La France prend acte de la décision qui vient d’être annoncée par le gouvernement australien de l’arrêt du programme de sous-marins de classe océanique « Future Submarine Program » et du lancement d’une coopération avec les Etats-Unis portant sur des sous-marins à propulsion nucléaire.   C’est une décision contraire à la lettre et à l’esprit de la coopération qui prévalait entre la France et l’Australie, fondée sur une relation de confiance politique comme sur le développement d’une base industrielle et technologique de défense de très haut niveau en Australie. Le choix américain qui conduit à écarter un allié et un partenaire européen comme la France d’un partenariat structurant avec l’Australie, au moment où nous faisons face à des défis sans précédent dans la région...

“Le coup de Trafalgar de pays alliés”

Pour Françoise Dumas, Présidente de la Commission de la Défense de l'Assemblée nationale, "l'annulation par l’Australie du contrat de sous-marins est un véritable coup de Trafalgar de la part de pays alliés".  "La décision brutale de l’Australie de rompre le contrat portant sur la construction de 12 sous-marins par Naval Group, déclare-telle ce jeudi 16 septembre dans un communiqué, est très préoccupante et nous interroge sur la position de nos alliés australiens, américains et britanniques. Cette annonce, dont il faut souligner le caractère inamical, voire déloyal, traduit une remise en cause incompréhensible d’un partenariat stratégique d’ampleur." "Je me suis entretenue, hier et aujourd’hui, avec Florence Parly, ministre des Armées, et Pierre Éric Pommellet, PDG de Naval Group. Notre priorité absolue est d’évaluer les conséquences stratégiques, industrielles, économiques et sociales de cette décision pour la France, Naval Group et tous les sous-traitants impliqués.  "La France est et demeurera une puissance de la zone Indopacifique ; elle contribuera à relever les nombreux défis auxquels cette région du monde est...

ECA GROUP choisit CTM et PATRIA pour fournir les modules électromagnétique et acoustique pour la solution de dragage de mines pour la marine belge et la marine royale néerlandaise

Au terme d’un processus de sélection pointilleux et rigoureux, ECA GROUP a finalisé son choix de sous-systèmes pour sa solution de dragage de mines, en choisissant le système de génération de signatures électromagnétiques (MLM-3100) de CTM, et le système de génération de signatures acoustiques (ACS-66) de PATRIA. ECA GROUP va développer un système, hardware et logiciels, composé de son USV INSPECTOR 125-S, les modules de dragage de CTM et PATRIA, d’un générateur électrique et d’un connecteur largable télécommandé, créant une solution complète et clé-en-main de dragage à multi-influences. La valeur et l’originalité de l’offre d’ECA GROUP tiennent dans sa capacité à livrer une solution intégrée, garantissant ainsi la compatibilité des composants matériels et logiciels, assurer l’implémentation des logiciels des 2 fournisseurs avec ceux d’ECA GROUP ainsi que de l’interface homme-machine qui sera utilisé pour la préparation et l’exécution des missions, le système de positionnement du train de drague et l’intégration d’ensemble du système ainsi constitué. ECA GROUP développe en parallèle les procédures de mise à l’eau et de récupération,...

Le consortium SEANICE, coordonné par Thales, prépare les marines européennes à faire face aux menaces sous-marines de demain

SEANICE est l’un des 26 projets sur 63 sélectionnés pour bénéficier de subventions au titre du programme EDIDP (Programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense) qui vise à renforcer la compétitivité de l’industrie de défense européenne. Basé sur un scénario de cas d’usage réaliste pour la guerre ASM relevant du domaine d’intervention de l’Union européenne, le projet a pour objet l’étude, la conception, l’essai et le prototypage de nouvelles technologies, et de jeter les bases de leur déploiement. SEANICE est à l’avant-garde du changement et de la rupture technologique, avec notamment l’intégration des drones et de fonctions d’intelligences artificielle. Au cours des 20 dernières années, les opérations navales, en particulier sous-marines, ont évolué vers des modes de surveillance et de combat plus connectés et plus complexes. Ceux-ci s’appuient sur de nouveaux moyens, tels que les équipements autonomes sans équipage, ainsi que les capteurs et effecteurs distribués. Les menaces sous-marines auxquelles on peut être confronté en mer sont multiples : sous-marins d’attaques,...

LA VOIX DES OCÉANS

Partenaire M&O : Gaztransport & Technigaz (GTT)