La Voix des océans

BIBLIOTHEQUE M&O

Sureté des espaces maritimes : Bilan 2021 du MICA

Pour cette nouvelle édition, le Maritime Information Cooperation & Awareness Center (MICA Center), en collaboration avec son vaste réseau de partenaires, fournit une analyse de l’ensemble des menaces affectant la sûreté dans le monde, étayée de statistiques précises.   L’année 2021 est marquée par une baisse notable du nombre d’actes de piraterie et de brigandage maritimes : le nombre total d’événements dans le monde s’établit à 317, contre 375 en 2020, soit une baisse de 15%. Cette diminution est particulièrement marquée dans le Golfe de Guinée, où le nombre d’incidents est exceptionnellement bas, avec 52 événements relevés. Cette rupture, qui devra cependant être confirmée dans les prochains mois, est analysée comme la combinaison de l’application stricte par les équipages des Best Management Practices West Africa et de la prise de conscience des acteurs internationaux et régionaux, qui conduisent désormais ensemble des actions concrètes contre l’insécurité maritime dans la zone et tentent de se doter d’un cadre juridique adapté. Toutefois, des Amériques à l’Asie du Sud-Est, en passant par l’océan Indien,...

(Premier) Rapport sur l’impact du transport maritime européen de l’Agence européenne d’environnement

Le premier rapport environnemental sur le transport maritime européen, publié aujourd’hui par l’Agence européenne pour l’environnement et l’Agence européenne pour la sécurité maritime, constitue le premier bilan de santé complet du secteur. Il en ressort que les navires produisent 13,5 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre provenant des transports dans l’UE, derrière les émissions du transport routier (71 %) et de l’aviation (14,4 %). Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) des navires faisant escale dans les ports européens atteignaient environ 1,63 millions de tonnes en 2019, un chiffre qui devrait diminuer au cours des prochaines décennies grâce à des règles et mesures environnementales plus strictes.

Les détroits de l’océan Indien (Études marines 19)

Autrefois appelé océan Oriental ou encore mer des Indes, l’océan Indien est la troisième étendue maritime du monde après le Pacifique et l’Atlantique ; il recouvre 20% de la surface du globe. L’une de ses principales caractéristiques est d’être un lieu de passage entre l’Asie à l’est et l’Europe et l’Afrique à l’ouest ainsi que de regrouper une pléiade de détroits et canaux du monde: Malacca, Ormuz, Bab el-Mandeb, Suez, canal du Mozambique… À l’heure où les flux commerciaux sont majoritairement maritimes, le rôle de l’océan Indien, et tout particulièrement celui de ses détroits, est ainsi devenu un enjeu politique et économique majeur. Ce numéro d’Études Marines, réalisé par des spécialistes militaires et civils, permet de saisir l’importance de cette région où, quoique éloignée de la métropole, la France dispose d’intérêts stratégiques.

Les risques liés au transport maritime : étude sur la sécurité et la sûreté maritimes (Thèse de Koffi Eric Konan – Janvier 2021)

Toute expédition maritime est une nouvelle aventure et cela, les gens de mer en savent quelque chose. Cette idée de nouvelle aventure rend compte de la diversité de risques maritimes que cette recherche s’est proposée de traiter. De nos jours, on assiste à un accroissement des capacités marqué par une tendance d’affrètement des giga porte-conteneurs, des navires et des pétroliers. Cet accroissement des capacités ne va pas sans un accroissement des risques maritimes. Ainsi, la persistance des abordages maritimes, la défectuosité des navires et la pollution accidentelle par les navires ont mis en évidence, au fil des années les lacunes, mais aussi la non observance du cadre juridique régulant le transport maritime. Ces risques de la navigation, aux conséquences parfois catastrophiques, dont la gestion efficace échappe encore aux acteurs et organismes maritimes, sont exacerbés par des menaces de piraterie, de terrorisme, de trafic illicite de migrants, de trafic de stupéfiants et d’armes à feu. Face à cette situation qui ne facilite pas l’exploitation des...

La Terre est bleue (Études marine 5 de 2013 actualisée en juin 2020)

Même si trop peu l’ont déjà compris, plus que jamais la mer figurera au cœur des enjeux du XXIe siècle. Les approches de notre planète sont sillonnées en tous sens par des satellites et des sondes spatiales sont envoyées reconnaître les confins de notre système solaire, mais plus de 80 % des fonds marins restent à explorer. Face à la croissance démographique, au décollage économique de nouveaux pays et à l’amenuisement progressif des ressources minérales et énergétiques, les espaces maritimes représentent aujourd’hui le gisement de la croissance économique de demain. Seul le recours – raisonné – aux richesses de la mer permettra de faire face à l’ensemble des défis que pose, à terme, la vie de 9 milliards d’habitants sur une planète en plein essoufflement écologique. Les énergies bleues permettront de réduire l’émission de gaz à effet de serre et de pallier l’épuisement des ressources pétro-gazières. Enfin, la croissance bleue sera à la source de la prospérité future des États qui demain géreront les...

Enjeux climatiques (Études marines 18)

Longtemps perçu comme un horizon lointain, aux effets assez abstraits, le changement climatique se manifeste de nos jours très concrètement à terre, à travers des épisodes de canicules, des incendies, des évènements climatiques extrêmes.  Il se manifeste à l’identique sur les mers et les océans. Les tempêtes, ouragans se font plus dévastateurs, les coraux s’étiolent, le niveau de la mer monte, voilà pour les impacts les plus visibles. Mais il en est d’autres, plus insidieux et de plus long terme : des risques de submersion qui augmentent, une fragilité des infrastructures de transport maritime, une recomposition des zones de pêche et par là des questions autour de la sécurité alimentaire, des migrations.  Des impacts géopolitiques qui, bien entendu, toucheront aussi les forces navales. 

LA VOIX DES OCÉANS