SpaceX va tester un système d’éjection de ses futurs astronautes

Le Dragon V-2 doit, à partir de fin 2017, transporter des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre d’un contrat de 2,6 milliards de dollars avec la Nasa.

Il n’y aura pas d’astronaute à bord de Dragon pour ce test mené avec la Nasa, mais un robot.

Le vol aura lieu à partir de la station de l’US Air Force de Cap Canaveral en Floride, près du Centre spatial Kennedy, dans une fenêtre allant de 11H00 à 18H30 GMT (7H00 à 14H30 locales).

Selon la Nasa, les prévisions météorologiques font état de 70% de chances de conditions favorables.

Le test ne durera que 90 secondes. La capsule Dragon V-2 et son système d’éjection seront propulsés par huit moteurs SuperDraco jusqu’à environ 1.500 mètres d’altitude. C’est alors que le système d’éjection se séparera de Dragon qui, peu après, déploiera de petits parachutes pour retomber en douceur et se poser dans l’Atlantique, à 1,5 km au large de la côte.

La puissance des moteurs permettra normalement de transporter Dragon V-2 et son équipage de sept astronautes à cent mètres de la fusée en deux secondes, et à plus d’un kilomètre en un peu plus de cinq secondes, a précisé SpaceX.

Ce système est similaire au mécanisme d’éjection du siège d’un pilote de chasse sauf que, dans ce cas, c’est le vaisseau et son équipage qui sont éjectés, explique la firme.

Jusqu’alors le système de secours consistait en une petite fusée attachée sur le dessus du vaisseau. En cas de problème du lanceur au décollage ou durant les tous premiers moments du vol, la fusée de secours allumait son moteur et emportait la capsule loin de la fusée.

Le système de SpaceX est complètement intégré au vaisseau et pourrait fonctionner jusqu’à la mise sur orbite, soit dix minutes après le décollage.

La capacité d’éjecter en sécurité les astronautes en cas d’urgence est un critère essentiel pour la prochaine génération de capsules habitées. C’est l’une des conditions posées par la Nasa pour octroyer son certificat de navigabilité aux vaisseaux des sociétés avec lesquelles elle a conclu un contrat.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE