Un navire iranien d’aide au Yémen atteint le Golfe d’Aden (médias)

Le cargo Shahed transporte quelque 2.500 tonnes de produits de première nécessité comme de la farine, du riz, des médicaments ou de l’eau, qui manquent au Yémen en raison des combats.

Les Etats-Unis ont demandé à l’Iran de livrer le chargement “en accord avec les règles de l’ONU, via la plate-forme de distribution qui a été établie à Djibouti”, en face des côtes yéménites.

Mais Téhéran affirme s’être coordonné avec les Nations unies pour que le navire décharge dans le port yéménite d’Hodeida, sur la Mer Rouge, qui est contrôlé par les rebelles chiites Houthis.

Présent à bord, un journaliste de l’agence iranienne Tasnim, liée à la Garde révolutionnaire, a indiqué à 06H00 GMT que le Shahed était entré dans le Golfe d’Aden. Le capitaine du navire, Massoud Qazi Mir-Saeed, a indiqué vendredi espérer atteindre Hodeida le 21 mai si les conditions météorologiques restaient favorables.

Des docteurs, des journalistes et des militants anti-guerre venus des Etats-Unis, d’Allemagne et de France, sont à bord du navire, selon Tasnim.

Le Pentagone a annoncé “surveiller” le bateau, provoquant la colère des autorités iraniennes qui ont mis en garde contre toute tentative d’inspecter le navire.

L’Arabie saoudite, qui mène la coalition arabe menant des raids depuis le 26 mars contre les rebelles, accuse Téhéran de fournir des armes aux Houthis, mais l’Iran dément et affirme n’envoyer que des aides humanitaires.

L’aide humanitaire a commencé à arriver mercredi au Yémen, où la crise humanitaire a été jugée “catastrophique” par l’ONU et des ONG. La trêve de cinq jours décrétée par la coalition expire dimanche à 23H00 (20H00 GMT).

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE