Des arthropodes marins capables de faire repousser des parties de leur anatomie (étude)

Washington, 23 jan 2023 (AFP) – Les pycnogonides, une espèce marine apparentée aux araignées, peuvent faire repousser des parties du corps après amputation, et pas seulement de simples membres, selon une étude publiée lundi, ouvrant la voie à de nouvelles découvertes sur la régénération.

“Personne ne s’attendait à cela”, a déclaré Gerhard Scholtz de la prestigieuse université Humboldt à Berlin, et l’un des auteurs principaux de cette étude parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

“Nous avons été les premiers à démontrer que c’était possible”, a-t-il ajouté.

Il est connu qu’une multitude d’espèces d’arthropodes tels que les mille-pattes, les araignées ou d’autres insectes peuvent faire repousser une patte après l’avoir perdue.

“Les crabes peuvent même se débarrasser automatiquement de leurs membres s’ils sont attaqués”, a déclaré Gerhard Scholtz, précisant: “ils les remplacent par un nouveau membre”.

Ce que les chercheurs ont découvert à travers leurs expériences avec ces minuscules créatures à huit pattes, est qu’elles sont capables de régénérer même d’autres parties du corps.

Pour l’étude, ils ont amputé différents membres et parties postérieures du corps de 23 pycnogonides juvéniles et adultes, et ont observé les résultats.

Aucune régénération de parties du corps n’a été constatée dans les spécimens adultes, mais certains étaient toujours en vie après deux ans.

Les spécimens juvéniles, en revanche, ont connu une régénération complète ou quasi-complète des parties du corps manquantes, y compris l’intestin postérieur, l’anus, la musculature, et certaines parties d’organes génitaux.

A long terme, 90% des pycnogonides ont survécu, et 16 spécimens juvéniles ont effectué leur mue par la suite au moins une fois.

La régénération postérieure a ainsi été constatée chez 14 des spécimens juvéniles tandis qu’aucun des spécimens adultes n’a mué ou ne s’est régénéré.

Les capacités de régénération varient à travers le règne animal. Les vers plats, par exemple, peuvent faire repousser leur corps à partir de seulement quelques cellules.

Les vertébrés, dont les hommes, n’ont quasiment aucune capacité de régénération à l’exception de quelques espèces comme les lézards, qui peuvent faire repousser leurs queues.

Selon Gerhard Scholz, les résultats de l’étude ouvrent de nouvelles voies de recherche dans le domaine.

“Une multitude d’espèces différentes peuvent être testées de cette manière”, dit-il, ce qui pourrait permettre de comparer les mécanismes de régénération.

“Au bout du compte, peut-être que les mécanismes que nous découvrons chez les arthropodes nous aiderons dans les traitements médicaux après la perte d’un membre, d’un doigt, etc… chez les humains”, espère le chercheur.

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE