Des centaines de croisiéristes du Magnifica ont commencé à débarquer à Marseille

“Les opérations de débarquement ont commencé, comme prévu”, a expliqué à l’AFP le directeur général France de MSC, Erminio Eschena, ajoutant qu’elles devaient s’étaler jusqu’à mardi.

“Demain, l’ensemble des passagers seront rentrés chez eux”, a-t-il précisé, en tenant compte du “temps de rapatriement jusqu’à leur destination finale avec l’obtention des autorisations de transit”.

Plus de 1.700 personnes de différentes nationalités, dont 700 Français, se trouvaient à bord du Magnifica qui a transité fin mars par l’Australie.

L’Agence régionale de santé a expliqué qu’aucun test Covid-19 n’a été réalisé à la descente du bateau. “Il n’y avait aucun cas à bord, les passagers (…) n’ont pas débarqué depuis 40 jours”, a précisé l’ARS.

Depuis le 15 mars 2020, la préfecture des Bouches-du-Rhône a déjà autorisé des dérogations pour l’accostage au grand port maritime de Marseille de six navires de croisière, “ayant permis le rapatriement de plus de 2.200 passagers français et européens”, avait-elle indiqué vendredi.

En revanche, elle a refusé d’autoriser le navire Costa Deliziosa de la compagnie Costa à faire une escale imprévue à Marseille pour y débarquer plusieurs centaines de passagers.

“Trois navires de croisière arrivés avant le 15 mars sont toujours accueillis au port de Marseille”, avait précisé vendredi la préfecture en rappelant que “ces opérations mobilisent déjà très fortement les forces de sécurité (…) et les autorités sanitaires.”

La compagnie MSC Croisières a décidé d’arrêter tous les départs de croisière jusqu’au 29 mai en raison de l’épidémie mondiale de coronavirus.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE