Devant des Troupes de marine Philippe loue « l’esprit de résistance » face aux obscurantismes

« L’héroïsme de Bazeilles, c’est porter au plus haut niveau les valeurs militaires, le courage, la fidélité à la parole donnée contre vents et marées, l’esprit de sacrifice (…) Bazeilles c’est aussi l’esprit de résistance », a relevé le Premier ministre dans son allocution devant les Troupes de marine réunies en nombre.

« L’esprit de résistance consiste à endiguer les obscurantismes et les fanatismes, à contrer, à éduquer à réprimer ceux qui nous menacent ce que nous sommes, ce en quoi nous croyons. Les héros de Bazeilles défendaient notre frontière territoriale, actuellement nous défendons également des frontières moins visibles, mais toutes aussi vitales pour notre avenir, pour notre intégrité », a souligné Edouard Philippe lors de cette cérémonie organisée dans l’amphithéâtre romain de la ville.

Lui-même ancien « bigor » des Troupes de marine, puisqu’il a effectué son service militaire au 11e régiment d’artillerie de Marine, Edouard Philippe a rappelé que « nous vivons dans un monde dangereux », et que c’est pour cela que « la France a décidé depuis 2018 » de consacrer « chaque année des moyens accrus à ses armées ».

Les Troupes de marine, une entité dépendant de l’armée de terre et héritière des troupes coloniales, fêtent chaque année la bataille de Bazeilles qui a eu lieu les 31 août et 1er septembre 1870 lors de la guerre contre les forces prussiennes. La cérémonie se déroule depuis 1986 à Fréjus, garnison de tradition des Troupes de marine, une localité dirigée aujourd’hui par David Rachline, un élu du Rassemblement national présent à la cérémonie.

Voir les autres articles de la catégorie

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.

5 MOIS EN ANTARCTIQUE