Estonie : un océanographe condamné pour espionnage au profit de la Chine

Tallinn, 19 mars 2021 (AFP) – L’Estonie a condamné un expert maritime qui a travaillé dans une installation de l’Otan pour espionnage au profit de la Chine, première affaire de ce type dans le pays qui n’est pas liée à la Russie.

Tarmo Kouts a été condamné à une peine de prison de trois de prison par le tribunal du comté de Harju à Tallin début mars, lors d’un procès tenu à huis clos, selon le Journal officiel.

Le tribunal a également saisi 17.000 euros qui étaient en possession de Tarmo Kouts, 57 ans, un expert reconnu en océanographie qui travaillait à l’Université technique de Tallin.

Depuis 2006, il faisait partie du comité scientifique du centre de recherche sous-marine de l’Otan basé en Italie, dont les études servent aux navires de guerre et aux sous-marins de l’Alliance.

Il a également travaillé pour le ministère estonien de la Défense.

Une porte-parole du tribunal s’est refusée à tout commentaire.

Mais selon la décision de la cour publiée dans le Journal officiel Riigiteataja, Tarmo Kouts a été reconnu coupable d’espionnage et d'”appartenance à des organisations inconstitutionnelles formées pour mener des activités contre la République estonienne”.

Aleksander Toots, directeur adjoint du Service de sécurité intérieur estonien, a déclaré au média The Daily Beast et au site d’informations estonien Delfi que l’homme avait été recruté par les services de renseignement chinois opérant sous la couverture d’un centre de réflexion en 2018, mais qu’il n’avait révélé aucun secret d’Etat ni aucune information concernant l’Otan avant son arrestation en septembre.

“Il était motivé par les faiblesses humaines traditionnelles, comme l’argent et le besoin de reconnaissance”, a-t-il dit.

Une autre personne a été arrêtée avec Tarmo Kouts mais n’a pas encore été jugée.

Dans son rapport annuel publié le mois dernier, le Service de renseignement étranger estonien avait estimé que la Chine représentait un danger croissant, mettant en garde contre ses activités sous le couvert de centres de réflexions et soulignant qu’elle tentait de s’imposer comme leader mondial dans le domaine de l’océanographie.

Le chef de ce service, Mikk Marran, a déclaré dans ce rapport que les activités de la Chine “soulèvent chaque année de nouveaux problèmes de sécurité”.

Membre de l’UE et de l’Otan, l’Estonie, pays balte de 1,3 million d’habitants, est généralement plus inquiète des activités de son voisin, le géant russe.