Fret maritime Europe-Antilles: quatre compagnies engagées à relancer la concurrence

L’Autorité a considéré, dans un communiqué, que les engagements pris par CMA-CGM, Maersk, Marfret et WEC Lines permettaient de mettre fin à l'”inertie du marché” en relançant la concurrence entre les compagnies maritimes et en favorisant l’arrivée de nouveaux entrants.

“Cette revitalisation de la concurrence en amont devrait avoir un impact positif sur les prix de détail payés par les ultramarins”, ajoute l’autorité qui a rendu ces engagements obligatoires et décidé de clore une procédure ouverte à l’encontre des quatre compagnies.

Celles-ci sont notamment convenues de supprimer toute clause d’exclusivité qui liait Maersk, Marfret et WEC Lines à CMA-CGM et qui leur interdisait de charger leurs conteneurs sur un bateau concurrent de CMA-CGM.

La durée des contrats liant les compagnies à CMA-CGM, jusqu’alors indéterminée, sera désormais limitée à deux ans avec la possibilité de dénoncer ou renégocier les termes du contrat à tout moment.

L’essentiel des produits consommés étant importés, les coûts liés au fret, qui peuvent représenter jusqu’à 15% du prix de vente, sont donc répercutés dans la plupart des articles achetés par les habitants d’Outre-Mer, selon le communiqué.

Le fret maritime est le mode de transport prédominant dans les échanges entre les Antilles françaises (Guadeloupe, Martinique, Saint Barthélemy, Saint-Martin) et l’Europe.

Sur la ligne entre l’Europe du Nord et les Antilles, 90% des échanges (hors carburants) sont assurés par les services de CMA-CGM qui partage ses capacités de transport avec ses concurrents. Concrètement, CMA-CGM loue de l’espace sur ses navires aux autres compagnies pour transporter leurs conteneurs. CMA-CGM a signé des contrats de location d’espace avec Maersk, Marfret et WEC Lines.

pan/bpi/mml

A.P. MOELLER-MAERSK