Le chef du Pentagone en Asie pour des discussions “franches” sur l’expansion chinoise

“Pour moi, le plus important est d’écouter nos alliés et nos partenaires” pour saisir les “nuances des dossiers”, a déclaré le ministre américain de la Défense par intérim dans l’avion qui l’amenait à Jakarta, première étape de sa tournée qui le conduira aussi à Singapour, en Corée du Sud et au Japon.

M. Shanahan sera notamment reçu jeudi par le président indonésien Joko Widodo, après des entretiens avec le chef de la diplomatie Retno Marsudi et le ministre de la Défense Ryamizard Ryacudu.

La coopération maritime avec cet archipel qui s’étend de l’océan Indien à l’océan Pacifique figurera au centre des discussions, alors que les Etats-Unis cherchent à se différencier de la Chine, qui étend sa domination maritime en militarisant des ilôts disputés.

Il doit ensuite avoir samedi à Singapour une rencontre informelle avec le ministre chinois de la Défense, le général Wei Fenghe en marge du forum régional de défense Shangri-La Dialogue.

“Je veux identifier les sujets sur lesquels nous pouvons coopérer” avec la Chine, mais aussi avoir des “conversations franches sur le vol de propriété intellectuelle ou la militarisation de la mer de Chine méridionale”, a-t-il précisé aux journalistes qui l’accompagnent dans sa tournée.

Pour garder une influence en Asie, Washington cherche à se démarquer de la Chine, vue comme aggressive dans la modernisation de ses capacités militaires, en patrouillant les mers de cette région qui assure 80% du commerce maritime mondial, lors d’opérations dites de “liberté de navigation”.

Pékin proteste régulièrement, affirmant que les navires américains violent ses eaux territoriales.

M. Shanahan a assuré que la montée des tensions dans le Golfe n’empêcherait pas le Pentagone de mettre en oeuvre la stratégie de défense des Etats-Unis, qui identifie désormais la Chine et la Russie comme les principaux adversaires des Etats-Unis.

“Nous avons les capacités nécessaires” pour traiter plusieurs problèmes à la fois, a-t-il dit.

Les Etats-Unis ont dépêché 1.500 hommes supplémentaires, un porte-avions, un navire de guerre, des bombardiers B-52 et une batterie de missiles Patriot au Moyen-Orient, invoquant des “menaces” de l’Iran ou de milices pro-iraniennes contre des intérêts américains ou des troupes américaines dans la région.

LE FIL INFO DE M&O