L’équipage d’un pétrolier grec, saisi par l’Iran, a quitté le navire (Téhéran)

Téhéran, 14 sept 2022 (AFP) – Les membres d’équipage de l’un des deux pétroliers grecs saisis en mai par l’Iran dans le Golfe ont pu quitter leur navire, a annoncé mercredi la diplomatie iranienne.

Les autorités grecques ont affirmé pour leur part en soirée qu’un officier grec et dix marins philippins de l’un de deux pétroliers étaient rentrés en Grèce, sans préciser le nombre total de membres de l’équipage.

“Hier (mardi), un officier grec et dix marins philippins de l’un des pétroliers saisis sont arrivés en Grèce”, a indiqué à l’AFP une responsable du bureau de presse de la police portuaire grecque.

Selon cette responsable, les équipages de deux pétroliers grecs saisis, Delta Poseidon et Prudent Warrior, “seront remplacés par d’autres marins afin que les pétroliers puissent poursuivre leur trajet”.

La chaîne publique grecque Ert avait rapporté dimanche que les équipages pétroliers allaient être libérés prochainement, même si, depuis le début de cette affaire, Téhéran affirme qu’ils ne sont pas détenus.

“L’équipage du navire a été remplacé selon les protocoles de navigation internationaux, ce qui est fait par les compagnies maritimes elles-mêmes”, a indiqué mercredi à l’agence de presse Isna le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani.

“L’équipage précédent a quitté le pétrolier”, a-t-il ajouté, sans préciser de quel navire il s’agissait ou du nombre de membres d’équipage.

Les autorités grecques avaient estimé à 49 le nombre de membres des équipages du Delta Poseidon et du Prudent Warrior, qui étaient retenus en mer par l’Iran depuis mai.

Les forces iraniennes s’étaient emparées en mai des deux pétroliers grecs dans les eaux du Golfe, en représailles à une annonce des autorités grecques disant qu’elles allaient transférer aux Etats-Unis le pétrole iranien transporté par le pétrolier russe Pegas, qu’elles avaient saisi.

Ce pétrolier Pegas avait été retenu à la demande des Etats-Unis, qui imposent des sanctions à l’Iran touchant notamment ses exportations de pétrole.

M. Kanani a pris soin mercredi de répéter que les membres d’équipage n’avaient pas été arrêtés. “L’équipage était stationné (sur le pétrolier) pour effectuer des travaux”, a-t-il dit.

L’Union panhellénique des marins de la Marine marchande avait déclaré dimanche qu’au cours d’une visite récente d’une délégation grecque en Iran, la partie iranienne avait accepté que les deux équipages soient remplacés.