Les Philippines annoncent le démantèlement d’une barrière à l’entrée d’un récif contesté

Manille (Philippines), 25 sept 2023 (AFP) – Les garde-côtes philippins ont annoncé lundi avoir démantelé une barrière flottante, installée par la Chine selon Manille, qui empêchait l’accès des pêcheurs philippins à un récif disputé de mer de Chine méridionale.

Dans un communiqué, les garde-côtes ont dit avoir « réussi » à supprimer la barrière du récif de Scarborough « conformément à l’instruction de la présidence ».

« La barrière représentait un danger pour la navigation, une violation claire du droit international », ont ajouté les agents de la surveillance des mers, qui ont publié une vidéo montrant un homme portant masque, tuba et palmes tranchant au couteau une corde attachée à des bouées blanches.

Un peu plus tôt, le conseiller à la sécurité nationale des Philippines Eduardo Ano avait affirmé que l’archipel du sud-est asiatique prendrait « toutes les mesures appropriées » pour obtenir la suppression de la barrière.

M. Ano avait souligné que cette dernière « violait les droits de pêche traditionnels des pêcheurs » philippins, « confirmés par la décision de 2016 » de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye.

– « Souveraineté incontestable » –

Un dispositif flottant de 300 mètres de long a été découvert la semaine dernière à l’entrée du récif de Scarborough, dont la Chine a pris le contrôle en 2012, aux dépens des Philippines.

Il barrait l’accès au récif en forme d’atoll, aux eaux peu profondes et riches en ressources halieutiques.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a affirmé lundi que la Chine avait « une souveraineté incontestable sur ce récif et ses eaux environnantes ».

De son côté, le ministère philippin des Affaires étrangères avait lui déclaré qu’il « prendrait toutes les mesures appropriées pour protéger la souveraineté (des Philippines) et les moyens de subsistance de (leurs) pêcheurs », sans donner plus de détails.

La Chine revendique la souveraineté sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale — un important carrefour de routes maritimes commerciales –, au grand dam de plusieurs pays riverains.

Le récif de Scarborough se trouve à 240 kilomètres à l’ouest de l’île principale des Philippines, Luzon, et à près de 900 kilomètres de l’île chinoise de Hainan, au sud de la Chine continentale.

En vertu de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer signée en 1982, que la Chine a contribué à élaborer, les pays ont le droit souverain d’exploiter les ressources naturelles situées dans un rayon d’environ 200 milles (370 km) de leurs côtes.

En 2013, les Philippines avaient engagé une procédure d’arbitrage international contre la Chine. La Cour permanente d’arbitrage de La Haye a tranché en faveur de Manille en 2016, jugeant qu’il n’y avait « aucun fondement juridique pour que la Chine revendique des droits historiques » sur l’essentiel de cette mer et ses ressources.

Pékin a refusé de prendre part à la procédure et a ignoré le jugement.

burs-pam/amj/jg/

Voir les autres articles de la catégorie

N° 282 en lecture gratuite

Marine & Océans vous offre exceptionnellement le numéro 282 consacré à la mission Jeanne d’Arc 2024 :
  • Une immersion dans la phase opérationnelle de la formation des officiers-élèves de l’École navale,
  • La découverte des principales escales du PHA Tonnerre et de la frégate Guépratte aux Amériques… et de leurs enjeux.
Accédez gratuitement à la version augmentée du numéro 282 réalisé en partenariat avec le Centre d’études stratégiques de la Marine et lÉcole navale

OCÉAN D'HISTOIRES

« Océan d’histoires », la nouvelle web série coanimée avec Bertrand de Lesquen, directeur du magazine Marine & Océans, à voir sur parismatch.com et sur le site de Marine & Océans en partenariat avec GTT, donne la parole à des témoins, experts ou personnalités qui confient leurs regards, leurs observations, leurs anecdotes sur ce « monde du silence » qui n’en est pas un.